RDC: Un rapport valide la qualité de l’éducation des enfants

Regroupement de lycéens congolais. Image d'archives. rdc

Regroupement de lycéens congolais. Image d’archives.

RDC- Jeudi 14 mai 2015, s’est réuni, à Kinshasa, le comité de pilotage constitué du ministère du Plan, de l’Enseignement primaire et secondaire, du Genre, de la Famille et Enfant et de la Santé et des agences des Nations Unies (Unicef, Unesco et Pnud) a validé le rapport préliminaire sur la situation des enfants et des femmes dans le secteur de l’Education.

La réunion a été présidée par le Ministre du Plan, M. Olivier Kamitatu Etsu qui a tenu à préciser que « c’était la première fois qu’une analyse roulante de la situation des enfants et des femmes se fait en Afrique subsaharienne ».

Cette analyse s’étale fait sur une période de 3 ans (2014-2016) avec un thème différent chaque année. Le thème retenu en 2014 est celui de l’éducation, en 2015, ce sera celui de la santé et en 2016, la malnutrition. Le rapport final de l’analyse sur l’éducation, financé par l’Unicef, sera publié en septembre 2015.

Selon ce rapport présenté par le Dr Tom De Herdt, consultant international, la fréquentation scolaire s’est améliorée en RDC, cependant, de nombreux défis restent encore à relever au regard de l’efficience interne du système et de la qualité de l’enseignement.

M. Pascal Villeneuve, représentant de l’Unicef en RDC a relevé trois points importants dans l’analyse de la situation des femmes et des enfants dans le secteur de l’éducation.

Le premier point concerne l’augmentation significative du taux brut d’éducation qui est passé de 62 % en 2001 à 110 % en 2012-2013, ce taux englobe aussi bien les filles que les garçons.

Le deuxième point est l’augmentation du budget du ministère de l’Enseignement primaire et secondaire qui a été multiplié par 10 entre 2003 et 2011. Le rapport souligne que le pays connait une forte croissance économique permettant l’augmentation du budget public. En 2012, le budget de ce ministère représentait 12,8% du budget national.

Toutefois, M. Villeneuve relève que ce budget reste en dessous de la moyenne en Afrique Subsaharienne, par conséquent, cela limite les possibilités de mettre fin aux contributions des parents dans les écoles publiques. En effet, cette participation financière a introduit une logique marchande dans le fonctionnement des services éducatifs et paralyse ainsi la logique de la redevabilité publique.

Et, le troisième point est qu’il faut poursuivre les efforts pour améliorer la qualité de l’éducation en RDC. Pour les auteurs du rapport, il est important d’accorder la priorité à la consolidation de la politique de la gratuité de l’enseignement primaire en RDC pour la rendre effective et dimunier ainsi la charge pesant sur les familles. Il faudra aussi améliorer les bases de données et repères essentiels pour élaborer une politique en fonction des besoins réels.

Safi Fele
© OEIL D’AFRIQUE

 

Safi Fele

Safi Fele

Journaliste basée à Paris.


Tags assigned to this article:
educationEfantsétudeRDC

[wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4] [fbcomments]

Related Articles

Est de la RDC: fin de l’ultimatum aux rebelles hutu rwandais

[GARD align= »center »] L’ultimatum adressé aux rebelles hutu rwandais de l’est de la République démocratique du Congo a expiré vendredi, mais

RDC: Joseph Kabila annonce le report des élections

[GARD align= »center »] Le président de la République démocratique du Congo (RDC), Joseph Kabila, a annoncé aujourd’hui le report des élections

Le Congo, les congolais et la famille royale de Belgique

Le Roi des Belges, Albert II, abdique ce 21 juillet en faveur de son fils,Philippe. En quoi et événement de

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*