RDCongo: la force de paix de la SADC pourra combattre les rebelles dans l’est

RDCongo: la force de paix de la SADC pourra combattre les rebelles dans l’est

La Communauté de développement d’Afrique australe (SADC) a décidé vendredi l’envoi d’une force de maintien de la paix en République démocratique du Congo autorisée à combattre la rébellion dans l’est du pays, ont indiqué des sources mozambicaines à l’issue d’un sommet extraordinaire à Maputo.

Cette décision était attendue pour faciliter la mise en oeuvre d’un plan régional de paix proposé par les Nations Unies pour mettre fin au conflit.

Les responsables de la SADC ont décidé que cette force de 4.000 hommes aurait sa propre structure de commandement et ses propres règles d’engagement même si hiérarchiquement elle répondra aux Nations Unies.

Il a été décidé que la force internationale neutre aura une nouvelle sorte de mandat et pourra combattre quiconque tente de déstabiliser la situation dans la partie est du Congo…nous avons un mandat clair prévoyant que nous pouvons intervenir à cet effet, a expliqué le secrétaire général de la SADC, Tomaz Salomao à l’AFP.

Les 17.000 hommes de la Mission de l’ONU pour la stabilisation du Congo (Monusco) n’ont pas l’autorisation de combattre.

C’est un grand pas en avant vers la paix en République démocratique du Congo, a déclaré à l’AFP le président tanzanien Jakaya Kikwete, qui préside la troika de la SADC.

La force parrainée par la SADC a été provisoirement baptisée Force neutre internationale, un nom qui pourrait encore changer.

Aucun calendrier n’a toutefois été convenu pour le déploiement de ces militaires chargés du maintien de la paix.

M. Salomao a indiqué que la Tanzanie, l’Afrique du Sud, le Malawi et le Zimbabwe avaient promis des troupes, durant cette réunion à laquelle participait le président congolais Joseph Kabila.

La situation en RDC continue d’être difficile car le M23 avance, avait auparavant estimé M. Salomao.

Le Mozambique où se tenait cette réunion extraordinaire assure la présidence tournante de la SADC. A l’ouverture, son président Armando Guebuza avait estimé que l’implication des pays de la SADC était une obligation morale.

La crise humanitaire qui prévaut là-bas est exacerbé par l’agression militaire, avait-il ajouté.

L’armée congolaise affronte depuis avril 2012 le Mouvement du 23 mars (M23), une rébellion que l’ONU dit soutenue par le Rwanda et l’Ouganda voisins — ce que nient les deux pays.

En décembre, les pays de la SADC avaient déjà dit oui sur le principe à une force de maintien de la paix, mais dont les détails donnent lieu depuis à de laborieuses discussions.

 

AFP

Bona

Bona

L'actualité africaine n'a pas de secret pour moi. Toujours à l'afflux, je ne loupe rien.


Tags assigned to this article:
RDCongo

Related Articles

Burkina Faso: mandat d’arrêt international contre Guillaume Soro

[GARD align= »center »] La justice burkinabè a lancé un mandat d’arrêt international contre Guillaume Soro, président de l’Assemblée nationale ivoirienne, selon

Congo: défilé du 15 août Kinkala a tenu ses promesses

Le défilé militaire et civil marquant le 52ème anniversaire de l’indépendance du Congo s’est déroulé le 15 août à Kinkala,

Gabon: enquête judiciaire après l’assaut de plusieurs médias

[GARD align= »center »] La justice gabonaise a ouvert une enquête après l’intrusion vendredi dans plusieurs médias à Libreville d’hommes armés exigeant

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*