RDC/Ouganda : avoir deux nationalités pour mieux vivre

RDC/Ouganda : avoir deux nationalités pour mieux vivre
avoir deux nationalités pour mieux vivre

Le poste frontalier de Bunagana séparant la RDC et l’Ouganda

Beaucoup d’habitants du territoire de Beni proches de la frontière détiennent deux pièces d’identités l’une congolaise, l’autre ougandaise. Une manière pour ces peuples voisins qui cohabitent depuis longtemps d’échapper aux douaniers et de profiter des avantages que chaque pays octroie à ses ressortissants.

C’est jour du marché à Bwera, cité ougandaise sur les berges de la rivière Rubirihiya qui sépare la RD Congo de l’Ouganda, à l’est du territoire de Beni. Des Ougandais et Congolais vendent ensemble sur les mêmes étals. Difficile de les distinguer car tous discutent les prix en « Kinande » leur langue maternelle. Ils ne sont pas différents les uns des autres. Les transactions s’effectuent en Shilling, côté ougandais et en Franc, côté congolais. Les mêmes commerçants font la ronde des marchés situés de part et d’autre de la frontière.
Des conducteurs de gros camions transportant des bananes et des bidons d’huiles de palme en provenance du Congo traversent la frontière et déchargent leurs marchandises en Ouganda. Aux douaniers de l’autre côté de la frontière, ils exhibent des pièces d’identité ougandaise. Pareil pour des conducteurs ougandais qui entrent au Congo par Kasindi. Quand ils se présentent à la douane, chargés de bières, de sacs de ciment gris, de farine de maïs et divers produits, ils brandissent des pièces d’identité congolaises qui les exemptent de certaines taxes. « Je ne sais pas distinguer un Ougandais d’un Congolais quand j’arrive à la barrière », affirme, embarrassé, un agent venu de Kinshasa nouvellement affecté à ce troisième poste douanier du pays.

Des taxes dont les nationaux sont exemptés 

De nombreux Ougandais ont profité des élections de novembre dernier pour acquérir la carte d’électeur qui fait office de carté d’identité congolaise. De leur côté, des Congolais ont aussi profité des élections présidentielles d’avril et mai 2011 en Ouganda pour obtenir les pièces d’identité ougandaises. Patrick Siku, politologue à Beni qui analyse cette situation affirme que durant les dernières élections, les Nandes congolais et leurs frères Bakonzo en Ouganda, se sont mutuellement prêtés mains fortes en traversant la frontière pour aller voter pour leurs frères candidats.
Les populations transfrontalières se retrouvent ainsi avec deux pièces d’identités qu’ils exhibent au gré des circonstances. Selon le Code de commerce congolais, les autochtones qui exportent de bananes, huiles de palme, riz et farine de manioc par exemple sont soumis seulement au payement de frais de sortie et à la taxe d’hygiène à la douane. Ils sont exemptés du payement du registre de commerce, de la fiche technique ou du numéro d’immatriculation de commerce, obligatoire pour les étrangers et qui coute extrêmement cher. Par ailleurs, les étrangers doivent renouveler trimestriellement leur carte de résident auprès de la DGM (Direction générale des migrations).

Avantageux pour tous

Attirés par les terres fertiles congolaises, les villages de Kalimio, Thako, Kizumbura, Kabarole, Kamirongo au sud du secteur de Rwenzori sont presqu’entièrement habités par des Ougandais qui ont de la famille en RDC. Agricultrice ougandaise en RDC, Marcelline Kangusu témoigne : »Ici (en RDC) nous plantons les bananes, les arachides et les palmiers à huile. Par conséquent, nous sommes obligé à avoir deux cartes pour résider et traverser sans problème. »
Des Congolais leur rendent aussi la pareille. Dans les cités ougandaises, en plus d’être électrifiées et d’avoir l’eau courante, le loyer est moins cher. Tout le contraire de la RDC. Des Congolais venant des villages et cités frontaliers n’hésitent pas ainsi à s’y établir. Il suffit pour cela d’avoir une pièce d’identité ougandaise. Comme le témoigne K. J., de nationalité congolaise mais qui travaille dans un snack bar à Kasese (ville ougandaise). »Pour mon deux pièces, je paie 48 000 Shillings (20$) le mois. Ma seule carte d’identité ougandaise me donne le droit de vivre tranquillement. Il n’y a pas d’autre contrôle », affirme-t-il.

Jacques Kikuni Kokonyange
Source: Syfia

 



Related Articles

« L’actualité africaine en 5 titres » du 15 juillet 2016

 [GARD align= »center »] Présidentielle gabonaise : La Commission électorale  reçoit 19 dossiers de candidatures La commission chargée de l’organisation du scrutin

Bruxels Airlines veut créer une compagnie aérienne au Congo portant le nom: Korongo !

La société belge de transport aérien Bruxels Airlines va créer une nouvelle compagnie aérienne en République démocratique du Congo (RDC),

Somalie: au moins sept morts dans un attentat à la bombe à Mogadiscio

[GARD align= »center »] Au moins sept personnes, dont un responsable de la police, ont été tuées samedi dans un attentat à

1 commentaire

Espace commentaire
  1. patrice
    patrice 25 août, 2012, 09:12

    desordre total au pays .kanambe out

    Répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*