Retrait du Kenya de la CPI : la mesure soumise au parlement kenyan

Retrait du Kenya de la CPI : la mesure soumise au parlement kenyan

Le Vice-président du parlement Kenyan, Joyce Laboso a émis une ordonnance convoquant les députés à une session d’urgence prévue jeudi en vue de débattre de la possibilité du Kenya de se retirer de la Cour pénale internationale.

Selon l’ordonnance de Laboso rendue publique mardi, les députés examineront les avantages et les inconvénients d’un éventuel retrait de la CPI, de même qu’ils entendront le Président kenyan Uhuru Kenyatta et le Vice-Président William Ruto.

Accusés de crime contre l’humanité suite aux violences électorales perpétrées entre fin 2007 et début 2008 occasionnant la mort de quelques 1 800 personnes, les deux hommes doivent comparaître devant la juridiction de La Haye.

Kenyatta et Ruto qui appartenaient à des camps opposés pendant cette élection et qui depuis lors ont fusionné en une coalition dite ‘’Jubilee Coalition » pour contester avec succès les élections de 2013 nient les accusations portées contre eux, disant qu’ils étaient politiquement motivés.

Quelque 40 députés appartenant à la coalition majoritaire au parlement ont manifesté leur engagement à mettre un terme à l’adhésion du Kenya à la CPI dans le but d’étouffer les dossiers des deux dirigeants.

Selon des sources parlementaires, la motion pourrait probablement être adoptée, ce qui ferait du Kenya le premier pays membre de la CPI à quitter l’organisme.

Réagissant à ce sujet, le porte-parole de la CPI Fadi El Abdallah a soutenu que l’affaire contre les deux dirigeants ne saurait être interrompue, nonobstant le retrait du Kenya de la juridiction internationale.

Par ailleurs, Abdallah a fait valoir qu’aucune demande de retrait de la CPI ne pourrait entrer en vigueur avant au moins un an.

Oeildafrique.com avec l’APA


Tags assigned to this article:
kenya

Related Articles

Santé : Pourquoi consommer de la Tomate

 [GARD align= »center »] La tomate donne saveur et couleur à une multitude de plats. Elle pourrait contribuer à la prévention des

Le ballon, c’est le peuple congolais qui l’a toujours possédé et non les politiciens

Les Congolais aiment bien cette histoire de « plein na plein» comme si cela justifiait quoi que ce soit. Voilà.

Robert Bourgi: «Laurent Gbagbo ne restera pas longtemps à La Haye»

[GARD align= »center »] Mis en cause dans le livre «Laurent Gbagbo selon François Mattei», l’avocat français Robert Bourgi a réagi jeudi

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*