Robert Bourgi: «Laurent Gbagbo ne restera pas longtemps à La Haye»

Robert Bourgi: «Laurent Gbagbo ne restera pas longtemps à La Haye»

[GARD align= »center »]

L'avocat franco-libanais Robert Bourgi

L’avocat franco-libanais Robert Bourgi | AFP

Mis en cause dans le livre «Laurent Gbagbo selon François Mattei», l’avocat français Robert Bourgi a réagi jeudi aux accusations de l’ancien chef d’Etat ivoirien dans une interview qu’il a accordée à Radio France Internationale. Robert Bourgi révèle que la crise postélectorale en Côte d’Ivoire avait été préméditée par le camp de Laurent Gbagbo qui, espère Bourgi, «ne restera pas longtemps à la Haye ».

C’est un long entretien que l’avocat français Robert a eu avec Radio France Internationale (RFI). Il réagit notamment aux accusations portées contre sa personne dans le livre «Laurent Gbagbo, selon François Mattei».

Bourgi est peiné de voir Laurent Gbagbo incarcéré et qu’il en a parlé avec Alassane Ouattara et son épouse.

«Je suis allé récemment en Côte d’Ivoire et j’ai rencontré les partisans de Laurent Gbagbo. Ils en ont assez de cet état de tension. Et j’espère que Laurent Gbagbo ne restera pas longtemps à La Haye», a- t-il dit.

Puis Robert Bourgi se défend, accuse et défend les hommes politiques français dans leur rôle à la crise ivoirienne.

«Je vous assure que la France n’a jamais joué Ouattara contre Gbagbo. C’est lorsque le verdict des urnes (élection présidentielle 2010) a été foulé du pied par Laurent Gbagbo et ses partisans que le président Sarkozy, allié aux autres leaders européens et aux Etats-Unis, ont décidé d’en finir », lance l’avocat Robert Bourgi. Pour lui, il n’y a jamais eu d’a priori de Sarkozy contre Gbagbo et pour Ouattara.

Robert Bourgi signifie que l’Elysée a appelé trois fois Laurent Gbagbo pour lui demander d’organiser les élections. Même s’il les perdait, la France lui garantirait un statut d’ancien chef d’Etat, à moins d’être enseignant en France.

[GARD align= »center »]

Concernant le financement par Laurent Gbagbo de la campagne présidentielle de Jacques Chirac en 2002, comme il est écrit dans le livre, Robert Bourgi confirme.

«Gbagbo ne fait que confirmer ce que j’avais dit en septembre 2011. (…)  Je n’ai jamais transporté de valise.  J’accompagnais des émissaires. Les trois millions de dollars ont été réunis dans la suite présidentielle de Laurent Gbagbo au Plaza Athénée, et ils avaient été mis dans un sac publicitaire Austin. Et c’est Eugène Allou, directeur du protocole présidentiel – que j’ai personnellement conduit à l’Elysée – qui a remis cette somme à Dominique de Villepin», indique Robert Bourgi.

Robert Bourgi précise que Laurent Gbagbo n’a jamais subi de pressions, ni de menaces venant de Paris.

©Oeildafrique.com 

 


Tags assigned to this article:
laurent gbagboRobert Bourgi

[wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4]

Related Articles

Côte d’Ivoire: marathon informatique pour réinventer l’accès à l’information

Massés pendant 48 heures à Abidjan derrière leurs écrans, une trentaine de jeunes développeurs informatiques, d’ingénieurs et de journalistes se

Côte d’Ivoire: la présidentielle de 2015 « sera démocratique », assure Ouattara

[GARD align= »center »] Le président ivoirien Alassane Ouattara a affirmé, mercredi soir à Abidjan, que l’élection présidentielle de 2015 pour laquelle

Congo : crash d’un avion-cargo à Brazzaville

Un avion-cargo en provenance de Pointe-Noire au Congo a raté son atterrissage vendredi à l’aéroport de Brazzaville faisant une trentaine

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*