Robert Mugabe déclare devant l’ONU: «nous ne sommes pas gays!»

Le président Robert Mugabe à la tribune de l'ONU.

Le président Robert Mugabe à la tribune de l’ONU.

Lundi soir, à la tribune de la 70ème Assemblée générale de l’ONU, le président zimbabwéen Robert Mugabe a démarré en douceur, mais, très vite, il a repris ses bonnes vieilles habitudes.

« Nous ne sommes pas gays », le président du Zimbabwe, Robert Mugabe, a déclaré à l’Assemblée générale des Nations Unies à New York, lundi. « Nous rejetons les tentatives de prescrire de nouveaux droits qui sont contraires à nos valeurs, les normes, les traditions et les croyances», at-il dit. Le commentaire a attiré halètements et des rires parmi les délégués.

Toutefois, Mugabe – qui a dirigé l’Union nationale militante Zimbabwe Afircan contre la règle blanche minoritaire en Rhodésie les années 1960 et 1970 a également attiré les applaudissements du public après avoir réitéré « indéfectible » soutien de son pays envers le peuple palestinien ainsi que sa condamnation de « déstabilisation «politiques de puissances extérieures dans le Moyen-Orient.

Discutant de la tragédie en cours en Méditerranée, la « situation tragique aurait pu être évité par le respect de l’indépendance des autres pays et la non-ingérence dans les affaires intérieures« , le leader zimbabwéen 91-year-old ajouté.

Un discours qui a permis au président Zibabwé, président en exercice de l’Union Africaine de dénoncer l’attitude américaine et britannique, devenu les premiers opposants du pouvoir Mugabe. 

« Honte, honte, honte pour les Etats-Unis d’Amérique. Honte, honte, honte à la Grande-Bretagne et ses alliés. Le Zimbabwe est pour les Zimbabwéens ainsi que ses ressources. Veuillez retirer vos sanctions illégales et sale de mon pays paisible. » déclare Robert Mugabe.

Puis de rajouter, « Notre petit et paisible pays est menacée quotidiennement par les grandes puissances avides et sectaire dont la faim pour la domination et le contrôle des autres nations et de leurs ressources ne connaît pas de limites.« 

En terme de liberté et de démocratie, le président Mugabe refuse l’ingérence des occidentaux. « Il semble que lorsque les Etats-Unis et ses alliés parlent de démocratie et de liberté qu’ils le font seulement en termes relatifs« , a déclaré Mugabe.

« Le Zimbabwe, toutefois, refuse d’accepter que ces détracteurs occidentaux ont le droit de définir la démocratie et de la liberté pour nous.« 

« Nous avons payé le prix ultime pour cela et nous sommes déterminés à ne jamais renoncer à notre souveraineté et à rester maître de notre destin. Zimbabwe ne sera plus jamais une colonie.»

© OEIL D’AFRIQUE

 


Tags assigned to this article:
Robert Mugabezimbabwe

[wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4] [fbcomments]

Related Articles

Cecile Kyenge, première ministre noire d’une Italie qui change

Cecile Kyenge, première ministre noire de l’histoire italienne, en charge de l’Intégration, a illustré mercredi sa vision d’une Italie qui

RDC : l’Église catholique appelle à une vraie transition démocratique

[GARD align= »center »] L’Eglise catholique a souhaité mardi que l’élection présidentielle prévue pour 2016 en République démocratique du Congo (RDC) soit

Les détails du raid américain et la mort de Ben Laden

   Selon les détails donnés dans une conférence de presse téléphonique par les aides de Barack Obama:      Ben Laden

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*