Rwanda: Les FDLR annoncent la fin des hostilités ; Kigali refuse de s’emballer

Rwanda: Les FDLR annoncent la fin des hostilités ; Kigali refuse de s’emballer

[GARD align= »center »]

Des rebelles du FDLR près de Pinga, à 150 km au nord-ouest de Goma en RDC-Congo. | AFP

Des rebelles du FDLR près de Pinga, à 150 km au nord-ouest de Goma en RDC-Congo. | AFP

Le Rwanda va t-il négocier avec ces rebelles comme le fait son voisin, la RDC avec ces rebelles? En effet, les rebelles hutus rwandais des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR), annoncent la cessation des combats contre Kigali. Cette annonce a été faite par le colonel Wilson Iratageka, Secrétaire exécutif par intérim des FDLR. Le groupe qui est ciblé depuis quelques temps par la mission des Nations unies au Congo (MONUSCO) dans l’Est de la République Démocratique du Congo, aurait complètement déposé les armes depuis le 30 décembre dernier, selon M. Iratageka.

La Monusco avait indiqué en début décembre 2013 qu’elle allait mettre hors d’état de nuire les FDLR. C’était aux lendemains de la neutralisation du M23 dans la même région. Dernièrement, les rebelles rwandais avaient envoyé plusieurs lettres aux casques bleus disant être prêts à déposer les armes, mais à condition notamment d’un dialogue avec Kigali. Ce qui serait finalement fait selon le colonel Wilson Irategeka qui a annoncé la fin des hostilités.

 « Les FDLR ont pris la décision de déposer les armes parce que chaque fois que Kigali voulait attaquer le Congo et piller les richesses de la RDC, il prétextait venir chercher les FDLR qui sont armés et pouvaient attaquer le Rwanda. Alors disons que pour donner la chance à la paix dans la région des Grands Lacs et que les FDLR puissent y participer, nous avons toujours sollicité la communauté internationale pour qu’elle incite Kigali à accepter les négociations avec les partis politiques d’opposition, dont les FDLR. », a déclaré Wilson Irategeka.

La nouvelle de dépôt des armes par les FLDR n’emballe pas encore les autorités rwandaises. Kigali n’en croit pas à ses yeux et veut voir des preuves physiques de cette cessation proclamée des hostilités. Pour se faire, les FDLR doivent se rendre à la Monusco et s’inscrire dans les programmes de rapatriement. En ce qui concerne le Dialogue réclamé par la Direction des rebelles Hutus rwandais, Olivier Nduhungirehe, le représentant permanent adjoint du Rwanda aux Nations unies pense qu’il n’est pas question de discuter avec des génocidaires.

« Nous, ce qui nous importe, c’est qu’ils déposent physiquement leurs armes auprès de la Monusco et qu’ils s’inscrivent donc dans le programme de rapatriement. Nous avons un centre de démobilisation au nord du pays qui accueille des FDLR. Et donc, s’ils disent qu’ils déposent les armes, qu’ils se présentent à la Monusco. S’ils refusent de le faire, la brigade d’intervention créée par la résolution 20-98 est chargée de neutraliser ces FDLR. On a dit à plusieurs reprises qu’il ne pourra pas y avoir de négociations avec le FDLR qui était un mouvement génocidaire. Au Rwanda, on accepte de réintégrer les FDLR dans la société. Mais ceux qui ont commis des crimes, ceux qui ont commis des génocides, vont devoir répondre de leurs crimes devant la justice. », a-t-il dit

[GARD align= »center »]

Après le dépôt des armes expliqué, on a noté de nouvelles attaques dans l’Est de la RDC. Les FDLR s’en lavent et affirment ne rien savoir à ce sujet. Ils rejettent le tors sur des éléments armés envoyés par le Rwanda.

Mais cette nouvelle de cessation des hostilités doit réjouir beaucoup plus Kinshasa. En effet, si les FDLR cessent les combats contre Kigali, le Rwanda n’aura plus de raison pour violer les frontières de la RDC pour extraire des minerais dans la région Est de la RDC.

Didier Assogba
Oeildafrique.com

 

Didier Assogba

Didier Assogba

Journaliste à Oeil d'Afrique. Basé à Lomé, Togo


Tags assigned to this article:
fdlrkagamerebellesrwanda

Related Articles

Centrafrique: 13 personnes brûlées vives dans le centre du pays

[GARD align= »center »] Au moins treize personnes ont été brûlées vives dans une maison où elles avaient été rassemblées de force

Nigeria: attentat et des tirs près d’une école coranique, 2 assaillants tués

Une explosion et un échange de tirs ont eu lieu dimanche près d’une école coranique dans la ville de Zaria,

Combattant de France: Odon Mbo en garde à vue

La police française n’en fini pas avec les combattants, patriotes congolais. On ne compte plus le nombre d’arrestations et gardes

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*