Rwanda : Paul Kagamé ne fait pas de mystère sur ses intentions de rester au pouvoir après 2017

Rwanda : Paul Kagamé ne fait pas de mystère sur ses intentions de rester au pouvoir après 2017

[GARD align= »center »]

Paul Kagame

Le président rwandais Paul Kagame

A l’occasion du vingtième anniversaire du génocide rwandais, le président rwandais Paul Kagame donne depuis le début de la semaine des conférences dans plusieurs universités américaines. Mardi, il était à l’université de Tuft, dans le Massachussetts.  Il a été interpellé sur son avenir politique vu qu’il en est à son deuxième et dernier mandat. Mais, il estime que les Rwandais feront leur choix, au moment venu.

Il fait dans le clair-obscur. Le Président rwandais qui livre des conférences dans plusieurs universités américaines,  a été interpellé sur son avenir politique, notamment sur sa candidature ou non à la prochaine élection présidentielle au Rwanda. Paul Kagame a tout simplement répondu que les Rwandais feront leur choix et qu’il faut attendre de voir ce qui va se passer.

«Je pense qu’à un moment, nous devons laisser les pays et leurs populations décider d’eux-mêmes de leurs propres affaires. Cela, c’est la première chose. Depuis que je suis au pouvoir, on me demande si je vais quitter le pouvoir et quand ? Tous les ans, on me le demande. C’est comme si j’étais là juste pour partir. Je suis là pour gérer les affaires qui intéressent les Rwandais. Les Rwandais font leur choix », répondu le Président rwandais.

[GARD align= »center »]

Regard du spécialiste

Paul Kagamé invite au respect du choix de ses concitoyens. Au Rwanda, la constitution du pays ne lui permet plus de se représenter pour un troisième mandat présidentiel. Devant une telle attitude de Kagamé,  plusieurs analystes pensent qu’il n’y a plus aucun doute : le chef de l’Etat rwandais compte tripatouiller la constitution à son profit. Nombre d’entre eux pensent tout en reprenant la déclaration de Kagamé: «’Quoi qu’il se passe, nous aurons une explication’, ceci veut dire, qu’il y a quelque chose qui se trame d’ores et déjà. Même son opposition en exil n’en fait pas un mystère ».

L’opposant rwandais en exil, Faustin Twagiramungu, pense que cela ne fait aucun doute, Paul Kagame va changer la  Constitution. «Aujourd’hui, il y a une Constitution et vous avez deux mandats. Quand on vous pose la question, vous devriez dire « non » catégoriquement. Mais lui (Paul Kagamé) répond : « le peuple (décidera) ». Quand il dit le peuple, c’est quoi ? C’est le référendum. Et le référendum, cela signifie quoi ? Qu’on va changer la Constitution. Et les gens devraient le deviner car il n’y pas d’espace politique», a-t-il déclaré.

Pour Faustin Twagiramungu il ne s’agit pas de demander à Paul Kagamé s’il va quitter le pouvoir. Pour lui, la question qui se pose est de savoir s’il va ouvrir un espace politique dans le pays; «prendre les choses en main et essayer d’appliquer le principe démocratique».

[GARD align= »center »]

De son côté, Washington demande au Rwanda un meilleur respect de la liberté d’expression après de nouvelles arrestations, dont celle du chanteur Kisito Mihigo qui a été amené à se confesser deux fois devant la presse avant même son procès.  Les relations entre le Rwanda et les Etats-Unis ont été très critiques, ces deux dernières années. Au début de l’année 2014, Washington a condamné les attaques contre des opposants en exil en Afrique du Sud.

© Oeildafrique.com

 


Tags assigned to this article:
Paul Kagamerwanda

Related Articles

Guy Nzouba-Ndama: «Je regrette d’avoir soutenu Ali Bongo lors de la présidentielle de 2009»

[GARD align= »center »] L’ancien président de l’Assemblée nationale gabonaise, Guy Nzouba-Ndama est candidat à l’élection présidentielle gabonaise prévue le 18 août

Gabon: une pirogue de clandestins chavire au large de Libreville, au moins 30 morts

Au Gabon, une pirogue de clandestins a chaviré au large de Libreville, faisant au moins 30 morts, a-t-on appris jeudi.

« L’actualité africaine en 5 titres » du 19 juillet 2016

[GARD align= »center »] RDC: Etienne Tshisekedi et Moïse Katumbi reçus au ministère français des Affaires étrangères Une délégation de l’opposition de

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*