SADC : Le Président zimbabwéen, Robert Mugabe prend les rênes de l’institution

SADC : Le Président zimbabwéen, Robert Mugabe prend les rênes  de l’institution

 [GARD align= »center »]

Robert Mugabe, le président du Zimbabwe

Robert Mugabe, le président du Zimbabwe

A l’issue du sommet annuel de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC) qui s’est tenu les 17 et 18 août au Zimbabwe, Robert Mugabe a été choisi par ses pairs pour prendre la tête de l’organisation régionale  pour un an.

La présidence tournante de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC) est revenue lundi au président zimbabwéen pour les douze prochains mois. C’est la décision majeure du dernier sommet de cette organisation tenu en Zimbabwe et qui a fermé ses portes lundi. Le choix de Robert intervient dix ans après d’isolement du Zimbabwe et témoigne d’un signe de réchauffement entre la SADC et le plus vieux président africain au pouvoir.

Le choix de Robert Mugabe fait dire à plusieurs analystes que les membres de la SADC sont à nouveau prêts à accepter le président zimbabwéen à leurs côtés. Après des années de relations tendues pour cause du chaos politique et des violences dans le pays, le Zimbabwe opère son retour en grâce au sein de la SADC.

Au cours du sommet, Robert Mugabe a, de nouveau, repris sa rhétorique anti-occidentale préférée. Ce qui se proclame panafricain a appelé les autres présidents de la SADC à se défaire de l’influence de l’occident et à développer leur indépendance économique. Robert Mugabe n’a pas oublié de crier haro sur les pays occidentaux pour leur faible réaction aux opérations militaires israéliennes à Gaza.

[wp_ad_camp_3]

Dans le même temps, les répressions systématiques ont repris dans le pays. Au moment où il prenait la tête de la SADC, plusieurs jeunes ont été dispersés à coups de gaz lacrymogènes dans la capitale Harare. Les jeunes demandaient au pouvoir de Mugabe de tenir une de ses promesses de campagnes qui est la création de deux millions d’emplois pour venir à bout du chômage ambiant.

Il n’y a pas que la répression qui caractérise le pouvoir de Robert Mugabe. Sa politique d’expropriation de la terre et d’indigénisation des entreprises a plongé le Zimbabwe dans une crise économique grave, qui a des répercussions dans toute la région provoquant notamment une forte émigration.

Plusieurs analystes craignent fort qu’aucun changement n’intervienne sous sa présidence à la SADC. Mugabe devrait chercher au cours de son mandat à se réconcilier et se rapprocher des leaders de la région.

©Oeildafrique.com 

[wp_ad_camp_3]


Tags assigned to this article:
Robert MugabeSADC

[wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4]

Related Articles

Mugabe pourra se rendre dans l’UE en tant que président de l’Union africaine

Le président du Zimbabwe, Robert Mugabe, pourra se rendre dans l’Union européenne malgré les sanctions qui le lui interdisent, s’il

En quête d’investissements chinois, Mugabe accueilli en « vieil ami » à Pékin

 [GARD align= »center »] Le président zimbabwéen Robert Mugabe, 90 ans, a été accueilli lundi à Pékin en « vieil ami » de la

Zimbabwe: Mugabe ne pense toujours pas à la retraite

[GARD align= »center »] Le très controversé président du Zimbabwe Robert Mugabe a une nouvelle fois écarté dimanche, à quelques jours de

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*