Salon du Livre: une plongée littéraire dans le bassin du Congo

Salon du livre bassin du Congo

Livres et les auteurs du bassin du Congo, présents pour la sixième année consécutive au Salon international du livre de Paris, qui a eu lieu du 20 au 23 mars 2015, à la porte de Versailles, a invité le visiteur à un voyage littéraire par les livres, les lectures et les conférences. Des thèmes tels que les rêves avec les mots ou bien palabres autour de l’art abordés le dimanche 22 mars, ont transporté les visiteurs à travers l’histoire fictive et réelle de l’Afrique.

Porte de Versailles, le soleil brille mais il ne fait pas chaud. Une fois à l’intérieur de l’immense espace alloué au salon, de nombreux visiteurs se dirigent vers les différents corners : Liban, Défense, Brésil pays invité du salon, des stands dédiés à la littérature enfantine. D’autre ont pour destination le Hall 1 stand 68 : nous y voila ! Et le voyage peut commencer. L’ambiance est chaleureuse et conviviale, ce dimanche 22 mars 2015, sur le stand de Livres et auteurs du bassin du Congo. Le périple littéraire a débuté sous le signe des « rêves avec des mots, du son et du slam à la clé ! » et les « palabres autour des arts : Erotismes en littérature ». Des auteurs tels que Sami Tchak (La couleur de l’écrivain, La Cheminade) et Charline Effah (N’être, La Cheminade) ont lu des extraits de leur ouvrage et ont expliqué leur rapport à l’écriture.

Hall 1 stand 68 : le voyage littéraire se poursuit avec l’Héritage africain dans les contes du Brésil, pays invité d’honneur du salon. Cette thématique met en exergue l’importance de la tradition orale africaine dont la transmission a permis aux afro-brésiliens de préserver leur culture et d’affirmer leurs origines ». Béatrice Tanaka, auteure-illustratrice d’un livre de contes afro-brésiliens (Au pays de Saci, Kanjil), Patricia De Aquino, ethnologue spécialiste des cultes afro-brésiliens et journaliste ainsi que Gabriel Kinsa, conteur congolais ont nourri de leurs connaissances le visiteur.

Ensuite, le visiteur a fait un plongeon historique grâce à la conférence « héritage de la traite négrière au Brésil et lieux de mémoire : Gorée (Sénégal), Ouidah (Bénin) et Loango (République du Congo) à laquelle ont pris part les ambassadeurs des pays concernés ou leurs représentants. La conférence a été organisée, en vue du 20ème anniversaire, en 2015, de la route de l’esclavage, par Livres et Auteurs du Bassins du Congo (qui projette de construire un mémorial sur le site de Loango) en collaboration avec le Centre culturel du Brésil et a mis, à la fois, en lumière les nombreuses interactions historiques et culturelles entre l’Afrique et le Brésil et les trois hauts lieux de l’esclavage cités en amont. Quel riche enseignement ! Ont été invités à participer au débat, Jean Hébard, chercheur spécialiste du Brésil; la Comtesse Emmanuelle Vidal Simoës de Fonseca, descendante du premier présidant du Brésil, le Maréchal Manuel Déodoro da Fonseca qui lutta pour la liberté des peuples ; Lydie Pongault, directrice du Musée-Galerie Congo à Brazzaville et conseillère à la culture auprès de la Présidence; Elikia M’Bokolo, historien. Et, tant d’autres. Certaines personnalités comme Manuel Valls ont juste été aperçues et d’autres comme Julien Lepers ont pris le temps d’échanger.

Entre les différentes étapes de ce long et agréable bain de la culture et histoire des peuples africains et afro-brésiliens, une pause dégustation, les papilles ont eu l’occasion de prendre part à la fête grâce aux spécialités afro-brésiliennes. Cependant, même les bonnes choses ont une fin.

Halle 1 stand 68 : Livres et auteurs du bassin du Congo, organise en partenariat avec l’Agence d’Information d Afrique Centrale et Les Dépêches de Brazzaville, lundi 23 mars, dernier jour du Salon international du livre de Paris, une rencontre avec Jean-Louis Borloo, autour du projet de l’électrification pour l’Afrique. Pour finir en beauté, le Prix Stéphane Hessel de la Jeune Ecriture Francophone sera remis conjointement par RFI et l’Alliance francophone à deux des nombreux auteurs qui ont su, à travers leurs œuvres, nous faire vivre l’histoire africaine à travers ce voyage littéraire. 

Safi Fele
© OEIL D’AFRIQUE

 

Safi Fele

Safi Fele

Journaliste basée à Paris.



[wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4]

Related Articles

Miss Côte d’Ivoire 2013 : le sacre de Aïssata Dia

Le rideau est tombé dans la nuit de samedi à dimanche, sur la 17eme édition du concours Miss Côte d’Ivoire.

Pour pouvoir s’entretenir avec Koffi Olomidé : Verser lui de l’argent et le tour est joué

[GARD align= »center »] L’artiste congolais, Koffi Olomidé entretient un désamour avec les journalistes et les médias qui se servent de sa

La consécration: l’orchestre symphonique de Kinshasa à Monaco

D’ordinaire, ils répètent dans des hangars surchauffés entre deux coupures d’électricité. Pour la première fois de leur vie, ils ont

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*