Sanctions des Etats-Unis contre le Général Kanyama: pour Kinshasa, «c’est un acte inadmissible»

[GARD align= »center »]

Lambert Mende

Le porte-parole du gouvernement de la RDC, Lambert Mende Omalanga| ©DR

Les autorités de la République démocratique du Congo n’ont pas tardé à réagir concernant l’annonce, ce jeudi 23 juin, faite par Washington de geler les avoirs du chef de la police de Kinshasa, le Général Célestin Kanyama. Le ministre de la Communication et des médias, porte-parole du gouvernement de la RDC évoque «un acte inadmissible».

«Le gouvernement condamne l’idée même qu’un pays étranger, fut-il les USA, se permette de sanctionner un fonctionnaire congolais. C’est un acte inadmissible de substitution de souveraineté que nous n’approuvons pas. Nous le condamnons ». Telle est la réaction de Lambert Mende, ministre de la Communication et des médias, porte-parole du gouvernement de la RDC. Elle fait suite à l’annonce des Etats-Unis du gèle des avoirs de Célestin Kanyama aux Etats-Unis, chef de la police de Kinshasa pour sa responsabilité dans des violences et des disparitions «ciblant des civils, des femmes et des enfants».  Lambert Mende annonce que l’ambassadeur Kikaya Bin Karubi, conseiller spécial du chef de l’Etat en matière de diplomatie est en route pour les USA pour exprimer la réprobation de Kinshasa sur «ces pratiques».

Célestin Kanyama a été épinglé à plusieurs reprises par les organisations de défense des droits de l’Homme ces dernières années, notamment pour la répression violente contre des manifestations de janvier 2015.  

© OEIL D’AFRIQUE

[GARD align= »center »]


Tags assigned to this article:
Etats UnisGénéral KanyamapoliceRDCsanctions

[fbcomments]

Related Articles

RDC-Rwanda : le Congo et Sao Tomé demandent la mise en place de la force internationale

Les présidents Denis Sassou Nguesso du Congo-Brazzaville et Manuel Pinto Da Costa de Sao Tomé et Principe demandent la mise

RDC: la rébellion Mouvement du 23 mars devient l’Armée révolutionnaire du Congo

Le bras armé du Mouvement du 23 mars (M23) qui opère depuis mai dans l’est de la République démocratique du

Centrafrique: violents accrochages entre soldats français et ex-Séléka

[GARD align= »center »] De violents accrochages ont opposé lundi soldats français et combattants de la Séléka à Batangafo, dans le nord

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*