Sénégal: premier pays africain non pétrolier à se doter d’un fonds souverain

Sénégal: premier pays africain non pétrolier à se doter d’un fonds souverain

[GARD align= »center »]

Le président sénégalais, Macky Sall

Le président sénégalais, Macky Sall

Promesse de campagne du président Macky Sall, le Fonds souverain d’investissements stratégiques (Fonsis) fait figure d’innovation en Afrique subsaharienne et permettra au Sénégal de financer en priorité l’agriculture, les infrastructures et la santé.

Quel est le point commun entre les pays du Golfe, la Norvège, l’Angola, le Nigéria ou encore le Gabon ? Ils sont tous assis sur une rente pétrolière, minière ou commerciale qui leur permet de créer un fonds souverain d’investissement pour anticiper la chute des cours de leurs ressources naturelles.

Parmi les pays de la Zone franc, seul le Gabon, pays pétrolier, s’était doté d’un tel fonds. Aujourd’hui, c’est le Sénégal qui se lance en créant son Fonds souverain d’investissements stratégiques (Fonsis). Créé par la loi 2012-34 du 27 décembre 2012, ce fonds vient renforcer un dispositif du programme « Yoonu Yokkuté » (« le chemin du développement ») du Président sénégalais Macky Sall, qui comprend déjà la Caisse des Dépôts et consignations, le Fonds de garantie des investissements prioritaires (Fongip) et la Banque nationale pour le développement économique (BNDE).

« Avec le Fonsis, l’État devient investisseur. Et ce rôle d’État investisseur a été très déterminant dans l’émergence de tous ces pays qui se sont développés durant les quarante dernières années. Le Sénégal ne peut pas se dérober », a précisé à la télévision sénégalaise RTS1, Amadou Hott, le directeur général du Fonsis.

Il prévoit un premier investissement dans un domaine stratégique de l’économie d’ici « un mois ou deux » car le but premier du fonds est de rapidement « créer de la richesse et des emplois » a t-il soutenu.

 [GARD align= »center »]

Une structure unique par son fonctionnement

Avec le Fonsis, le Sénégal devient le premier pays au monde à se doter d’un fonds souverain alors qu’il ne tire aucune rente de son sous-sol pour l’alimenter. Le gouvernement sénégalais devra donc recourir aux actifs souverains, avec le transfert de certains capitaux de l’Etat (biens fonciers, participation dans des entreprises publiques…) pour lever de l’argent sur des marchés locaux et étrangers. Ces fonds seront ensuite injectés dans des projets nouveaux ou des sociétés en difficulté afin de relancer l’économie.

Bien qu’il s’inspire des fonds souverains des autres pays émergents en investissant dans des domaines tels que l’énergie, les infrastructures, l’agriculture, le Fonsis sera totalement consacré au développement du Sénégal. Il n’investira donc qu’à l’intérieur de ses frontières et pas à l’étranger. Une volonté du gouvernement Sall de fortifier l’économie sénégalaise pour réduire les importations en prenant des participations dans les entreprises du pays.

Le Sénégal est devenu pionnier, avec un plan pragmatique qui incitera certainement d’autres pays de la zone franc à se lancer avec ou sans ressources naturelles abondantes.

[GARD align= »center »]

Marie Hélène SYLVA
Paris – Oeildafrique.com

 

Marie Hélène Sylva

Marie Hélène Sylva

Journaliste à oeil d'Afrique, basée à Paris (France)


Tags assigned to this article:
financemacky sallsénégal

Related Articles

Sénégal: le Premier ministre Abdoul Mbaye et son gouvernement remerciés

Le président sénégalais Macky Sall a remercié dimanche son Premier ministre Abdoul Mbaye, en poste depuis avril 2012, ainsi que

Le rêve de Bill Gates: Plus de pays pauvres dans le monde en 2035

[GARD align= »center »] « Les pays en développement deviendront bientôt des pays à revenus intermédiaires », c’est la ferme conviction du

Des investisseurs africains mettent 20 millions $ pour lancer une agence d’information continentale.

L’African News Agency (ANA) lance ses activités ce 1er mars 2015. Le capital initial a été porté à 20 millions $

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*