Sénégal : Pour Abdoulaye Wade, Macky Sall est plus qu’un « président fasciste »

[GARD align= »center »]

L'ancien président sénégalais Abdoulaye Wade s'exprime lors d'une réunion politique, le 4 février 2015 à Dakar |AFP

L’ancien président sénégalais Abdoulaye Wade s’exprime lors d’une réunion politique, le 4 février 2015 à Dakar |AFP

L’ancien président du Sénégal, Abdoulaye Wade a toujours la verve. Après la décision la décision du Centre international pour le règlement des différends relatifs aux investissements (CIRDI) sur l’affaire de son fils, Me Wade a comparé l’actuel chef de l’Etat, Macky Sall, à un « Président fasciste».   

L’ancien président sénégalais s’est réjoui de la décision du Centre international pour le règlement des différends relatifs aux investissements (CIRDI). Dans une lettre adressée à Oumar Sarr, coordonnateur général du PDS, Abdoulaye Wade affirme que le CIRDI a donné raison à Karim Wade. «Le CIRDI dans une décision dans l’affaire Sénégal contre Bibo Bourgi vient de donner raison à Karim dans la mesure où il établit que les sociétés AHS appartiennent exclusivement à Bibo Bourgi et à son frère Abdou khalil Bourgi», écrit Me Wade.

Cela a suffi à Abdoulaye Wade pour qu’il tire à boulets rouges sur le président Macky Sall et d’autres personnalités de l’architecture juridique.  «C’est tout l’échafaudage de Macky Sall qui s’écroule du sommet des arrêts de la Cour Suprême à l’instruction de la Commission d’instruction de la CREI », indique le prédécesseur au pouvoir de l’actuel président.

Selon Me Wade, la décision du CRDI « veut tout simplement dire que concernant Karim, il n’y a pas d’enrichissement et encore moins d’enrichissement illicite ». Et l’ancien président de conclure : « Il est rare de trouver dans les annales, même chez les présidents fascistes, l’extension des pratiques aussi anti-démocratiques à l’emprisonnement du président des étudiants et celui des Jeunes d’un Parti ».

Abdoulaye Wade est coutumier de déclarations « incendiaires » à l’endroit de Macky Sall. Lorsque la justice a condamné son fils pour enrichissement illicite, il avait traité Macky Sall de « descendant d’esclave », le qualifiant de personne « castée ».

© OEIL D’AFRIQUE

[GARD align= »center »]


[fbcomments]

Related Articles

Présidentielle au Bénin : Lionel Zinsou, candidat du pouvoir, adoubé par l’opposition

[GARD align= »center »] « C’est la première fois que le PRD investit un candidat hors du parti pour la présidentielle en plus

Burkina: joie et frustration après la nomination du président de transition

 [GARD align= »center »] « Il y a comme un goût d’inachevé ». Jérôme Oubda, étudiant de l’université de Ouagadougou, ne sait sur quel

Bénin: La Cour constitutionnelle bloque Yayi Boni à deux mandats

 [GARD align= »center »] Au Bénin, la Cour constitutionnelle est formelle sur la question de la révision constitutionnelle. Pas de nouveau mandat

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*