Sénégal: colère et menace suite à la caricature d’un guide religieux

[GARD align= »center »]

Image d’archive|Après la polémique, Jeune Afrique retire une caricature sur le Guide suprême des Mourides au Sénégal|DR

Image d’archive|Après la polémique, Jeune Afrique retire une caricature sur le Guide suprême des Mourides au Sénégal|DR

Au Sénégal, ce n’est pas le procès de Laurent Gbagbo à la CPI qui retient les esprits, mais plutôt la caricature, jeudi 28 janvier, du fondateur du mouridisme Cheikh Ahmadou Bamba sur le site du magazine parisien Jeune Afrique.  Et l’affaire a été traitée au plus haut sommet de l’Etat pour «obliger» le journal à retirer de son portail le dessin et présenter des excuses. L’affaire est loin d’être comique chez les mourides et les Sénégalais de manière générale.

«Jeune Afrique fâche Touba», titre, ce vendredi 29 janvier, Enquête un journal proche de l’opposition. Selon le même quotidien, en caricaturant le fondateur du mouridisme, Cheikh Ahmadou Bamba, le magazine parisien ne se doutait pas du tollé qu’un tel acte allait susciter au Sénégal.

Et les autorités religieuses ont été choquées à tel point qu’elles ont saisi le Président Macky Sall qui participe au 26ème sommet de l’Union africaine à Addis-Abeba. Macky Sall a ensuite contraint l’hebdomadaire parisien à retirer la photo incriminée. Le porte-parole du Khalife général des mourides a ensuite fait une sortie publique pour promettre le pire aux ennemis du fondateur du mouridisme. «Quiconque s’attaque aux hommes de Dieu, le fait à ses risques et périls et finira par le regretter », menace Serigne Bass Abdoul Khadre, le porte parole du khalife des mourides, qui soupçonne des lobbies étrangères.

Walf quotidien, qui écrit que «Jeune Afrique vient de franchir le Rubicon», soupçonne également des lobbies d’être derrière la caricature. Le journal explique que le port des sacs à main de femmes par Waly Seck n’a aucun rapport avec Sérigne Touba.

Wally Ballago Seck, c’est ce jeune chanteur très critiqué, après avoir posé avec un sac à main pour femme. Depuis lors, des associations religieuses et la société civile soupçonnent l’artiste d’être guidé par des lobbies homosexuels, avant donc de condamner son comportement aux «antipodes» des valeurs de la société sénégalaise.

Mercredi le site du journal Jeune Afrique a publié une image caricaturale de Serigne Touba (Guide suprême des mourides) en se demandant pourquoi celui-ci portait une robe. L’article parle de l’incompréhension qu’à suscitée les tenues efféminées de Wally Seck. En tranchant qu’il s’agit d’un délit de port de sac, Jeune Afrique a irrité beaucoup de Sénégalais. Sur les réseaux sociaux, des internautes ont montré leur indignation tout en évoquant les dégâts collatéraux du sac à main de Waly Seck.

«Compte tenu de l’émotion suscitée au Sénégal, nous avons préféré supprimer ce dessin et le texte qui l’accompagnait», a écrit vendredi Elise Colette, rédactrice en chef numérique de Jeune Afrique.

© OEIL D’AFRIQUE

[GARD align= »center »]


Tags assigned to this article:
Caricaturecolèreguide religieuxmenacesénégal

[fbcomments]

Related Articles

Ouattara promet 15 millions d’euros aux victimes de la crise postélectorale

 [GARD align= »center »] Le président ivoirien Alassane Ouattara a annoncé la création d’un fonds d’environ 15 millions d’euros pour « l’indemnisation » des

Ghana: plus de 70 morts dans l’incendie d’une station-service

Plus de 70 personnes sont mortes dans l’incendie d’une station-service à Accra alors qu’elles cherchaient à s’abriter de fortes pluies

Côte d’Ivoire: nouvelle journée de troubles à propos la candidature du président Ouattara

Des troubles se sont poursuivis vendredi dans les villes ivoiriennes de Bonoua (sud) et Gagnoa (ouest), où les manifestants protestent

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*