Sénégal: un député condamné à deux ans de prison

[GARD align= »center »]

Barthélémy Dias

Barthélémy Dias|©DR

Barthélémy Dias, député dissident de la majorité présidentielle, a été condamné, jeudi à Dakar, à deux ans de prison, dont six mois ferme. M. Dias qui est également maire de Mermoz Sacré-Cœur, a été déclaré coupable de «coups et blessures volontaires». Ses avocats comptent interjeter appel.

Le député qui a été condamné à deux ans prison dont six mois ferme, a déjà purgé sa peine. Puisqu’il avait été incarcéré pendant plusieurs mois ayant suivi les attaques, en 2011, contre la mairie de Mermoz Sacré-Cœur dont il reste toujours le maire. Dans son réquisitoire, le Parquet avait requis dix ans de prison à l’encontre de Barthélémy Dias, qui avait réclamé la levée de son immunité parlementaire pour qu’il soit jugé.

Il était accusé d’être impliqué dans des violences politiques survenues le 22 décembre 2011 à Dakar entre des opposants et partisans du président de l’époque, Abdoulaye Wade, qui se sont soldées par un mort par balle et des blessés, selon la police. Le verdict prononcé par le tribunal  n’a pas plu à Barthélémy Dias. Ce dernier a aussitôt réagi en continuant de dénoncer un procès politique.   «Pour des raisons politiques, on veut liquider un adversaire. Vous avez entendu 6 mois ferme dans ce verdict. A partir de six mois j’ai un casier judiciaire qui me rend inéligible pour les élections législatives de juin 2017», a-t-il dit.

Membre de la coalition qui a porté l’actuel président au pouvoir, Barthélémy Dias a lié son procès à ses positions en faveur notamment d’un candidat du PS pour l’élection présidentielle de 2019 et sa proximité avec Khalifa Sall, probable candidat face au chef de l’Etat Macky Sall.

Barthélémy Dias a également écopé une amende de 25 millions de francs Cfa qu’il devra payer à la famille de la victime. Mais, le maire de Mermoz Sacré-Cœur prévient qu’il ne déboursera aucun sou : «Je n’ai pas 25 millions  à donner à qui que ce soit. Je n’ai pas de biens immobiliers ou d’avoirs qui peuvent être évalués à 25 millions. Les seuls responsables de ce crime sont les commanditaires et l’Etat du Sénégal. L’Etat a une assurance qui est l’agent judiciaire, la famille de Ndiaga (celui qui est mort, Ndlr) n’a qu’à saisir l’Agent judiciaire de l’Etat pour se faire rembourser». Malgré le fait que certains y voient un «verdict d’apaisement» de cette affaire, les avocats de M. Dias ont décidé d’interjeter appel.

© OEILDAFRIQUE

[GARD align= »center »]

 


Tags assigned to this article:
Barthélémy Diassénégal

[GARD align="center"] [themoneytizer id=9411-16]

Related Articles

Guinée/massacre: 5 ans après, « la justice n’a toujours pas été rendue »

[GARD align= »center »] Plusieurs organisations de droits de l’homme guinéennes et internationales ont dénoncé samedi l’absence de justice, à la veille

Togo: les organisations de presse font front contre la repénalisation du délit de presse

Un nouveau code pénal a été adopté lundi par l’Assemblée nationale togolaise. Pour les autorités, cet arsenal juridique devra moderniser

Burkina: le général Diendéré inculpé d’assassinat dans le dossier de la mort de l’ex-président Sankara

Le général Gilbert Diendéré, auteur du putsch raté du 17 septembre au Burkina Faso et emprisonné depuis le 1er octobre,

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*