Sénégal: Il faut mettre fin à la «détention arbitraire» de Karim Wade, selon Amnesty

by OEIL D'AFRIQUE | 31 août 2015 22 10 17 08178

Karim Wade[1]

Karim Wade devant la Cour de répression de l’enrichissement illicite lors d’une de ses dernières apparitions, le 15 mars 2013.|AFP

Jugé pour enrichissement illicite, l’ancien ministre Karim Wade a été condamné par une justice spéciale à six ans de prison et une amende de 250 millions d’euros. Ce lundi, le directeur exécutif d’Amnesty international Sénégal a rendu visite au détenu. Seydi Gassama appelle le chef de Macky Sall à prendre «des mesures idoines pour mettre fin à une détention arbitraire» de Karim Wade.

«Le président Macky Sall a le seul monopole de la décision, et devrait, à l’image du président Paul Biya sous un certain rapport, ériger des mesures idoines pour mettre fin à ce qu’il considère comme une détention arbitraire», a déclaré Seydi Gassama après son entretien avec Karim Wade à la prison de Rebeuss de Dakar.

Le 23 mars dernier, la Cour de répression de l’enrichissement illicite a condamné l’ancien ministre de la Coopération internationale à six ans de prison ferme et au paiement d’une amende de 138 milliards de francs Cfa pour enrichissement illicite. Ses co-prévenus, Ibrahima Khalil Bourgi, Pape Mamadou Pouye et Alioune Samba Diassé ont été condamnés par la même juridiction à cinq ans de prison ferme pour complicité d’enrichissement illicite. En août, la Cour suprême a confirmé la condamnation de Karim Wade.

Lors de la visite rendue à M. Wade, Amnesty a décrié la Cour de répression de l’enrichissement illicite. Seydi Gassama a estimé qu’il est entièrement «paradoxal» d’offrir à Hissène Habré les droits refusés à Karim Wade à savoir la présence des avocats au cours de l’audience. 

Amnesty considère l’emprisonnement de Karim Wade comme un «acharnement».

© OEIL D’AFRIQUE

 

Endnotes:
  1. [Image]: http://oeildafrique.com/wp-content/uploads/2015/02/Karim-Wade.jpg

Source URL: http://archives.oeildafrique.com/senegal-il-faut-mettre-fin-a-la-detention-arbitraire-de-karim-wade-selon-amnesty/