Sénégal : le titre de Docteur Honoris Causa, Valérie Pécresse, chahuté à l’université de Dakar

Sénégal : le titre de Docteur Honoris Causa, Valérie Pécresse, chahuté à l’université de Dakar
Sénégal : le titre de Docteur Honoris Causa, Valérie Pécresse, chahuté à l’université de Dakar|©Twitter

Sénégal : le titre de Docteur Honoris Causa, Valérie Pécresse, chahuté à l’université de Dakar|©Twitter

Valérie Pécresse, en séjour au Sénégal, devrait être faite, vendredi à Dakar, Docteur Honoris Causa à l’Université Cheikh Anta Diop. Mais, Le Syndicat autonome de l’enseignement du supérieur (SAES), en mouvement de grève depuis une dizaine de jours, s’est opposé à la décision. Car pour les enseignants du supérieur, l’ancienne ministre sous Sarkozy a mené une réforme extrêmement controversée plongeant les universités françaises dans une «ébullition jamais atteinte».

Le Syndicat autonome de l’enseignement du supérieur a engagé le bras de fer contre l’Etat du Sénégal sur le projet de  numéro 18/2014 portant sur l’harmonisation, l’organisation et le fonctionnement des universités publiques. Selon les enseignants,  le texte «viole le principe d’autonomie des universités». Le parallèle avec la réforme de Valérie Pécresse concernant les universités françaises est aussitôt établi par le SAES.

Député des Yvelines et ancien ministre français des Universités et de la Recherche, les enseignants sénégalais constatent que «Pécresse a mené une réforme extrêmement controversée qui a plongé les universités françaises dans une ébullition jamais atteinte; qui visait à terme l’évaporation de l’autonomie des enseignants et des chercheurs».

Le SAES indique que la réforme dite «Loi relative aux Libertés et responsabilités des universités (LRU) a consacré la précarisation de l’enseignement et de la recherche avec la multiplication exponentielle des précaires au détriment de vrais postes de titulaires», en France.  Pour eux, Valérie Pécresse symbolise «la précarisation, la marchandisation et la privatisation des universités ainsi que la dégradation volontaire de l’autonomie des universitaires».  

C’est la raison pour laquelle, les enseignants se sont dressés contre la décision de l’Université Cheikh Anta Diop de faire Valérie Pécresse docteur Honoris Causa.

© OEIL D’AFRIQUE

 


Tags assigned to this article:
sénégalValérie Pécresse

[wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4]

Related Articles

Gambie : le chef d’état-major de l’armée annonce son soutien à Jammeh

[GARD align= »center »] Le chef d’état-major de l’armée gambienne a annoncé son soutien inconditionnel au président Yahya Jammeh. Il l’a fait

Zéphirin Diabré: «On voulait le changement, Dieu nous a donnés plus»

 [GARD align= »center »] Lors d’une rencontre avec les structures de base de son parti à Ougadougou, Zéphirin Diabré, ex-chef de file

La Côte d’Ivoire fière d’être élue au Conseil de sécurité « 26 ans après »

[GARD align= »center »] Le président ivoirien Alassane Ouattara a accueilli « avec fierté » l’élection de son pays vendredi comme membre non permanent

1 commentaire

Espace commentaire
  1. Abd Lahad
    Abd Lahad 7 mars, 2015, 03:25

    « Fière de recevoir mon Doctorat Honoris Causa à l’Université Cheikh Anta Diop Daka »?….. Non Mme pas à l’université cheikh anta diop mais à l’HOTEL TERROUBI.
    Un Docteur Honoris Causa décerné à l’Hotel…. une première dans l’histoire.
    En refusant que la cérémonie se déroule à l’Université, les Militants du SAES ont restauré la dignité de l’homme ; la mémoire de Cheikh Anta Diop n’a pas été souillée

    Répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*