Sénégal: les députés votent des lois supprimant Sénat et vice-présidence

Sénégal: les députés votent des lois supprimant Sénat et vice-présidence

 lois supprimant Sénat et vice-présidenceLes députés sénégalais ont adopté des projets de loi supprimant le Sénat et la vice-présidence, deux institutions largement décriées, pour des raisons budgétaires, a-t-on appris jeudi de sources concordantes.

Les députés, réunis mercredi soir, ont voté dans leur majorité le projet de loi portant suppression du Sénat et de la vice-présidence, rapporte l’Agence de presse sénégalaise (APS, publique).

Les textes supprimant ces deux institutions doivent être prochainement soumis au Sénat et au Congrès, qui réunit les deux chambres du Parlement, pour leur adoption avant leur validation défintitive par le président de la République.

Le président Macky Sall avait annoncé le 29 août le dépôt d’un projet de loi d’urgence pour supprimer le Sénat et affecter le budget de cette institution, près de 8 milliards de FCFA (plus de 12 millions d’euros), à la lutte contre les inondations qui ont fait plusieurs morts dans le pays ces dernières semaines.

Des élections sénatoriales avaient été prévues dimanche pour renouveler cette chambre dont les 45 membres sont élus par les grands électeurs et 55 nommés par le chef de l’Etat. Elles ont été de fait annulées.

Le poste de vice-président n’a jamais été pourvu depuis la création en juin 2009 de cette institution pour laquelle un budget de deux milliards de francs CFA (plus de 3 millions d’euros) était prévu chaque année.

Cette institution avait été largement critiquée en juin 2011. Un projet de loi du président Abdoulaye Wade avait alors envisagé qu’en cas de démission, d’empêchement définitif ou de décès en cours de mandat, le président de la République est remplacé par le vice-président qui devient ensuite le nouveau président.

Beaucoup avaient soupçonné M. Wade, qui s’était défendu de toute volonté de dévolution monarchique, de vouloir nommer son fils et ministre, Karim Wade.

Abdoulaye Wade, qui était au pouvoir depuis douze ans, a été battu par Macky Sall au second tour de la présidentielle le 25 mars.

Le Sénat et la vice-présidence n’ont été d’aucune valeur ajoutée pour la démocratie sénégalaise, a déclaré à la presse Moustapha Diakhaté, député de la majorité.

Oumar Sarr, un député de l’opposition, a quant à lui dénoncé des tripatouillages de la Constitution.

 

 
Bona

Bona

L'actualité africaine n'a pas de secret pour moi. Toujours à l'afflux, je ne loupe rien.


Tags assigned to this article:
assemblée nationaleprésidencesénatsénégal

Related Articles

CPI : audience de confirmation des charges contre Gbagbo le 19 février 2013

La Cour pénale internationale (CPI) tiendra à partir du 19 février une « audience de confirmation des charges » devant permettre de

Idriss Déby se garde de commenter le retrait des militaires tchadiens déployés au Mali

Le chef de l’Etat tchadien, Idriss Déby Itno, s’est gardé de commenter le retrait des troupes tchadiennes déployées dans le

Les députés ivoiriens disent « oui » à la tenue du référendum constitutionnel

[GARD align= »center »] Les députés ivoiriens ont adopté le projet de loi sur le référendum constitutionnel, souhaité par le président Alassane

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*