Sénégal : Les Nations Unies exigent la libération et l’indemnisation de Karim Wade

Sénégal : Les Nations Unies exigent la libération et l’indemnisation de Karim Wade
Karim Wade

Karim Wade devant la Cour de répression de l’enrichissement illicite lors d’une de ses dernières apparitions, le 15 mars 2013.|AFP

Les Nations unies réclament la libération immédiate de Karim Wade et exige, par la même occasion, son indemnisation. Cette décision a été prise à l’issue de la réunion du Groupe de travail sur la détention arbitraire des Nations Unies qui s’est penché sur le dossier de Karim Wade le 07 mai dernier.

A l’issue de cette rencontre, les Nations Unies estiment que la privation de liberté de ce dernier est « arbitraire en ce qu’elle est contraire aux articles 9 et 10 de la Déclaration universelle des droit de l’Homme (Dudh) ainsi qu’aux articles 9 et 14 du Pacte international relatif aux droits civils et politique (Pidcp) et relève ainsi des catégories I et II.

Dans la catégorie I, les textes imposables aux Etats parties depuis 1978 stipulent que le Groupe de travail prévoit que la privation de liberté est arbitraire « lorsqu’il est manifestement impossible d’invoquer une base légale quelconque qui la justifie ».

Dans ses conclusions, le Groupe de travail des Nation Unies a également jugé que l’ancien ministre d’Etat n’a pas eu droit à un procès équitable.

Alors que Karim Wade doit être fixé sur son sort dans les neufs mois  (1 mois de mise en demeure, 6 mois d’instruction et deux mois de jugement) selon les textes, il a eu droit à 18 mois de procédures, soit le double de ce que prévoit la loi.

« La différence de traitement entre Karim Wade et les autres prévenus qui ont bénéficié de la liberté provisoire n’est pas justifiée et vient aggraver la violation du droit à un procès équitable », indique l’institution onusienne pour justifier sa position.

Concernant la catégorie III qui concerne l’inobservation totale ou partielle des normes internationales relatives au droit à un procès équitable « est d’une gravité telle qu’elle confère à la privation de liberté un caractère arbitraire ». Ainsi le Groupe de travail des Nations Unies a demandé au Sénégal « de prendre les mesures nécessaires pour remédier au préjudice subi, en prévoyant une réparation intégrale, conformément à l’article 9 (5) du Pidcp ».

Le Groupe de travail des Nations Unies a exigé du Sénégal la libération immédiate de Karim Wade et de procéder à son indemnisation.

Il y a quelques mois, une décision pareille de la Cedeao a été foulée au pied par le pouvoir sénégalais. Le Groupe de travail des Nations Unis précise dans sa décision que les autorités sénégalaises sont tenues de la respecter au risque d’en subir les conséquences.

© OEIL D’AFRIQUE

 


Tags assigned to this article:
Karim Wadesénégal

[wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4] [fbcomments]

Related Articles

Guinée Bissau: le Président Mário Vaz enchaîne les audiences

Le président de la Guinée-Bissau, José Mário Vaz a garanti, lundi, que la Constitution existe pour éviter que son pays

Les USA dénoncent une discrimination envers les communautés lesbiennes et gays en Côte d’Ivoire

Les Etats-Unis d’Amérique ont dressé mercredi un tableau ‘’sombre’’ des droits de l’Homme en Côte d’Ivoire où ils dénoncent une

Nigéria : Le nombre de jeunes filles enlevés est de 230 au lieu de 129 communiqué

[GARD align= »center »] Les islamistes de Boko Haram ont enlevé plus de filles dans le Nord du Nigéria que les 129

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*