Sénégal : L’exploitation du pétrole démarre fin 2015

Cairn Energy

Image d’archives.

C’est dans un contexte de chute historique du prix du pétrole que Cairn Energy obtient le feu vert du Sénégal pour l’exploitation de son pétrole découvert fin 2014.

La récente découverte d’un gisement de pétrole sur la côte nord-ouest du Sénégal a été vécue comme une bénédiction par les sénégalais. Le site pétrolier qui s’étendrait de Kayar à Saint-Louis, sur la côte nord-ouest du pays, serait même « le plus important jamais découvert en Afrique de l’Ouest », indiquait alors Simon Thomson, directeur général de Cairn Energy. Dans un communiqué du 18 août,  le pétro gazier britannique indique avoir obtenu l’autorisation du gouvernement sénégalais pour l’exploitation du pétrole découvert en octobre et novembre 2014 sur les cotes sénégalaises. Cairn Energy envisage de forer jusqu’à six nouveaux puits à partir du quatrième trimestre 2015. Sur la base de ses estimations préliminaires, la société pétrolière britannique compte investir près de 170 millions de dollars la première année, et prévoit un potentiel d’exploitation « de plus d’un milliard de barils de brut », peut-on lire dans le communiqué.

Craintes de la population sur l’impact environnemental

Une plateforme pétrolière entre 48 et 116 km des côtes saint-louisiennes ? Cela donne forcément lieu à des appréhensions au sein des habitants, en particulier des pêcheurs. Après l’annonce de l’accord entre le gouvernement sénégalais et Cairn Energy, le Plan d’Impact Environnemental et Social de l’exploitation du pétrole au large de Saint-Louis a donc été présenté, jeudi 20 août, à plusieurs acteurs de la société civile. L’étude, menée par le cabinet TROPICA, spécialisé dans la recherche environnementale, a fait l’objet de réserves de la part des représentants de pêcheurs et d’associations de protection de l’environnement. Selon le Syndicat autonome des pêcheurs du Sénégal, l’activité de forage (bruit, vibrations, déchets solides et liquides…) pourrait sensiblement perturber les espèces marines et impacter les pêches sur des distances considérables, entrainant un manque à gagner pour les pêcheurs et l’ensemble de la population saint-louisienne. Bara Sène de l’association Aire Marine Protégée (AMP) de Saint-Louis, estime pour sa part que le projet de forage « présente certains risques de pollution environnementale qui ne sont pas inscrits dans l’étude ». « Nous avons créé des récifs artificiels et des aires marines protégées, mais avec les recherches sismiques, la quiétude des poissons va être troublée » s’inquiète Bara Sène.

Le secteur de la pêche, qui représente une part importante de l’économie sénégalaise, subit déjà une perte de près de 230 millions d’euros, selon l’Agence américaine pour le développement international (USAID), due à la pêche illégale.

Marie-Hélène Sylva
© OEIL D’AFRIQUE

Marie Hélène Sylva

Marie Hélène Sylva

Journaliste à oeil d'Afrique, basée à Paris (France)


Tags assigned to this article:
Cairn Energypetrolesénégal

[wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4] [fbcomments]

Related Articles

Sénégal: Viviane Wade très inquiète pour son fils Karim en procès

 [GARD align= »center »] Viviane Wade s’est dit très inquiète, lundi, du déroulement du procès de son fils Karim Wade poursuivi pour

Sénégal : L’affaire de la pêche illégale prend fin avec le payement de 914.000 euros par la Russie

[GARD align= »center »] Le 4 janvier dernier, le navire russe, Oleg Neydanov avait été arraisonné dans les eaux sénégalaises vers la

Sénégal: la presse critique la participation des présidents africains à la «marche» de Paris

Au lendemain de la «marche républicaine» organisée dimanche 11 janvier, à Paris contre le terrorisme, la presse sénégalaise apprécie largement

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*