Sénégal: Macky Sall face à plusieurs fronts

[GARD align= »center »]

Le président sénégalais, Macky Sall

Le président sénégalais, Macky Sall

Au Sénégal, le referendum du 20 mars 2016 est sur toutes les lèvres. Le «Oui» l’emportera-t-il sur le «Non» ou vice-versa ? Devant les multiples appels à voter «Non», le président Macky Sall se réunit, ce jeudi soir, avec les membres de Benno Bokk Yakaar (BBY) (coalition au pouvoir), dans le cadre de ses consultations avec les forces vives, sur le référendum du 20 mars prochain. Mais il fait aussi face à la grogne des syndicats d’enseignants et de la justice.

Referendum, grève dans les secteurs de l’éducation et de la justice, malaise au sein du parti présidentiel… Macky Sall doit faire face à de nombreux défis à quelques jours du référendum prévu le 20 mars 2016. Depuis son élection en mars 2012, le Président sénégalais n’a jamais été dans une posture aussi délicate que celle d’aujourd’hui.

L’opposition et la société civile dénoncent non seulement son revirement sur la réduction d son mandat de sept à cinq ans, mais le soupçonnent également de vouloir briguer éventuellement un  troisième mandat. Ce front qui réclament aussi à Macky Sall d’appliquer les conclusions des réformes politiques dont la réduction du mandat présidentiel, ont appelé à voter «Non» lors du référendum.

Macky Sall fait face à la grogne des syndicats des enseignants, de la santé et de la justice. Sous la houlette du Syndicat autonome de l’enseignement supérieur (Saes), le Grand cadre, le CUSEMS, le SYTJUST et la FGTS ont marché dans l’enceinte de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar.  Une grande mobilisation est annoncée pour le 11 mars 2016, avant d’autres perturbations pour pousser le gouvernement à «respecter ses engagements vis-à-vis des travailleurs». Macky Sall, lui, semble être plutôt «obnubilé » par le «Oui » du referendum. Ses cadres du parti ont déjà lancé la campagne avant l’heure. Ce jeudi soir, le chef de l’Etat réunit ses lieutenant politiques pour leur indiquer la voie du «Oui » avant celle des urnes.

Cependant, il a suffi deux heures, mercredi, pour mesurer le malaise qui règne au sein de la République : le ministre- conseiller, Secrétaire d’Etat à l’Alphabétisation avait annoncé avec fracas sa démission du gouvernement du gouvernement et du parti présidentiel avant de revenir sur sa décision à la suite de la médiation de la Première dame, du Premier ministre et d’autres membres du parti au pouvoir.  

© OEIL D’AFRIQUE

[GARD align= »center »]


Tags assigned to this article:
macky sallsénégal

[fbcomments]

Related Articles

Sénégal: les Etats-Unis versent un million de dollars pour le procès d’Hissène Habré

Les Etats-Unis ont annoncé, ce mardi 1er octobre, le versement d’un million de dollars au tribunal chargé de l’affaire Hissène

Adama Barrow juge les menaces « exagérées » sur la Gambie

[GARD align= »center »] Au pouvoir en Gambie depuis six mois, le président Adama Barrow considère comme « exagérée » la menace que feraient

Guinée : rencontre au palais entre Alpha Condé et Cellou Dalein Diallo

[GARD align= »center »] En Guinée, le chef de l’Etat, Alpha Condé a reçu, ce jeudi 1er septembre 2016, le chef de

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*