Sénégal: Selon Wade: « Abdou Diouf a accédé au pouvoir en toute illégitimité »

Sénégal: Selon Wade: « Abdou Diouf a accédé au pouvoir en toute illégitimité »

[GARD align= »center »]

L'ancien Chef de l`Etat sénégalais, Me Abdoulaye Wade

L’ancien Chef de l`Etat sénégalais, Me Abdoulaye Wade

L’ancien chef de l’Etat sénégalais, Me Abdoulaye Wade ne se retient plus pour dénoncer et dire certaines vérités aux présidents africains ou sur la politique africaine. 

En effet, Me Abdoulaye Wade a estimé dans un entretien accordé à un journal privé que l’Afrique doit régler dans l’avenir trois problèmes essentiels pour sa stabilité politique, sociale et économique. 

D’abord, souligne l’ex chef d’Etat sénégalais, l’Afrique fait face au problème de comment conquérir le pouvoir et comment quitter le pouvoir. 

« J’ai une fois écrit dans le journal le Monde, il y a longtemps, que l’Afrique n’a pas réglé  un problème : comment conquérir le pouvoir et comment quitter le pouvoir ? », questionne-t-il.

Poursuivant, il soutient que les Européens et les Américains ont déjà réglé ce problème depuis très longtemps contrairement au continent africain.

« L’Afrique n’a pas réglé ce problème. Véritablement cela remonte d’avant les indépendances », a t-il signalé. Et de rappeler que les Français et les Anglais ont colonisé l’Afrique, ils contrôlaient le pouvoir. 

Ainsi, précise Me Wade avec beaucoup de regret, lorsqu’il s’est agit de donner l’indépendance à ces pays,  qu’est-ce qu’ils ont fait ?

« Au Sénégal, les Français ont donné le pouvoir à Senghor, en Côte d’Ivoire à Houphouet  Boigny. Cela n’est pas la démocratie. On devait organiser des élections libres et transparentes  mais on a choisi des personnes  sans le consentement populaire. C’est la même chose depuis 50 ans », se desole-t-il. 

Pour lui, Senghor a fait la même chose lorsqu’il quittait le pouvoir, il a changé un article de la constitution d’alors et Abdou Diouf (actuel président de la francophonie) a accédé au pouvoir en toute illégitimité. Ce n’est pas cela la démocratie. 

En son temps, se rappel-t-il,  une haute autorité de la France m’avait appelé pour me dire que ce qu’était en train de faire Senghor n’était pas démocratique.

« Il m’a recommandé de descendre dans la rue mais je ne l’ai pas fait.   Il me disait que si je le faisais, la France allait me soutenir mais je n’y croyais pas. Je pouvais le faire parce que pratiquement j’ai le peuple derrière moi.  Mais je ne croyais pas au soutien de la France parce qu’elle ne me l’a pas dit officiellement », a-t-il confié. 

[GARD align= »center »]

Selon Me Abdoulaye Wade, « c’est une seule autorité française à l’époque qui me l’avait dit. L’origine de tout cela, c’est la décolonisation. Un mal, il faut le guérir par la racine ».

Adama Coulibaly
Dakar – Oeildafrique.com

 


Tags assigned to this article:
dakarmacky sallsénégalwade

Related Articles

Premier grand rassemblement de l’opposition au Burkina

[GARD align= »center »] Près de 5.000 personnes se sont réunies samedi à la Maison du Peuple de Ouagadougou pour le premier

Côte d’Ivoire : Charles Blé Goudé victime de tortures

Charles Blé Goudé, ‘le Général de la rue’, proche de l’ex-président ivoirien Laurent Gbagbo, inculpé de « crimes de guerre » pour

Togo : 14 jours pour convaincre les électeurs

Le Président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), Issifou Taffa Tabiou a lancé jeudi après-midi la campagne électorale pour

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*