Sénégal : Suspension des travaux de la revue technique du code électoral (officiel)

[GARD align= »center »]

Image d’archive - La ville de Dakar |© DR

Image d’archive – La ville de Dakar |© DR

Le ministre sénégalais de l’Intérieur et de la Sécurité, Abdoulaye Daouda Diallo, a annoncé mercredi la suspension des travaux de la revue technique du Code électoral à la suite d’une demande des pôles des non-alignés et de l’opposition, dans un communiqué.

Les pôles des non-alignés et de l’opposition affirment «que le gouvernement a déjà déposé à l’Assemblée nationale le projet de loi portant refonte partielle du fichier électoral », ce qui traduit pour ces deux parties une action unilatérale de l’exécutif.

« Le principe de la refonte porté par ledit projet de loi, remis à tous les membres de la commission technique de revue du Code électoral, n’avait enregistré à la date, fixée de commun accord, du lundi 21 juin 2016, aucune objection ni orale ni écrite, a indiqué le ministre sénégalais de l’Intérieur et de la sécurité.

M. Diallo a expliqué qu’il a été procédé ainsi en raison du « calendrier de l’Assemblée nationale qui est en session unique jusqu’au 30 juin et, eu égard aux délais impartis pour la réussite des opérations de la refonte, le projet de loi a été déposé à l’Assemblée nationale pour que le cadre légal en soit fixé ».

Il a toutefois assuré que «les modalités pratiques de mise en œuvre de ladite refonte continueraient d’être discutées au sein de la commission technique de revue du Code électoral pour être formalisées dans le cadre d’un décret d’application ».

Le ministre de l’Intérieur a fait observer que « cette décision a aussitôt été portée à la connaissance des pôles demandeurs de la suspension », mais pour assurer la transparence du dialogue politique, le gouvernement a décidé de « retirer le projet de loi pour permettre la poursuite des travaux ».

« Satisfait » de la demande, le président de la Commission de la revue du Code électoral, a annoncé la poursuite des concertations en convoquant les différentes parties «dans les meilleurs délais pour la reprise des travaux ».

Les concertations entre le gouvernement sénégalais, les acteurs politiques, le forum civil et les organes en charge des élections pour la révision du code électoral, ont début à la mi-juin 2016.

Une cinquantaine de personnes participent aux concertations, dont 10 de la majorité présidentielle, 10 de l’opposition, 10 des non-alliés, 10 de l’administration, 4 représentants de la société civile, et du Conseil économique, social et environnement, trois de la Commission électorale nationale autonome (Cena), un de l’Observatoire national de la Parité, un représentant du Conseil national de régulation de l’audiovisuel (CNRA).

© OEIL D’AFRIQUE

[GARD align= »center »]


Tags assigned to this article:
sénégal

[fbcomments]

Related Articles

Togo: Faure Gnassingbé refuse la limitation de mandat, l’opposition rougit de colère

 [GARD align= »center »] Le débat sur les réformes constitutionnelles et institutionnelles est complètement relancé au Togo avec la dernière sortie du

Le Nigeria va interroger au Cameroun la kamikaze qui dit avoir été enlevée à Chibok

[GARD align= »center »] Le Nigeria devrait envoyer une délégation à Yaoundé, sous réserve de l’aval des autorités camerounaises, pour y rencontrer

Sénégal : la Cour suprême annule les deux décrets d’Abdoulaye Wade sur les appels entrants

La cour suprême du Sénégal a annulé le 8 novembre 2012 les décrets sur le système de contrôle et de

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*