Sénégal : Un homme condamné à 10 ans de travaux forcés pour le meurtre d’un chauffeur

Sénégal : Un homme condamné à 10 ans de travaux forcés pour le meurtre d’un chauffeur

 [wp_ad_camp_3]

Palais de Justice de DakarLes histoires de meurtre continu d’alimenter les assises dans les tribunaux du Sénégal. Après la condamnation d’un homme dans la région de Ziguinchor (Sud du pays), le tribunal de Kaolack vient de condamner le sieur Demba Diouf à dix ans de travaux forcé pour le meurtre d’Ibrahima Mboup.

En effet, l’accusé Demba Diouf, inculpé du meurtre, le 28 janvier 2012, du conducteur de bus Ibrahima Mboup, a été condamné par la Cour d’assises de Kaolack (Centre) à 10 ans de travaux forcés.

Agropasteur de son état, il est âgé de 45 ans et père de sept enfants. En plus de sa condamnation de dix ans, il devra aussi payer à l’épouse de la victime la somme de deux millions de francs CFA, à titre de dommages et intérêts.

Pour rappel, l’homme avait été arrêté par les gendarmes de Guinguinéo (à l’Est de Kaolack) 64 jours après avoir asséné un coup de couteau mortel au chauffeur, le blessant mortellement au thorax.

Pour la Cour de la région de Kaolack, le seul tort de la victime était de lui avoir intimé l’ordre de descendre de son véhicule, alors qu’il n’était pas encore arrivé à destination.

Avant le drame, le sieur Demba Diouf avait eu des échanges houleux avec l’apprenti-chauffeur d’Ibrahima Mboup, qui s’était empressé de faire partir le véhicule, le faisant trébucher, car il avait à peine atteint le marchepied.

Le comportement de l’apprenti-chauffeur a provoqué une dispute qui a amené le chauffeur à demander à son client de descendre du bus. Une demande qui s’est heurtée au refus de Demba Diouf, qui n’a pas hésité à dégainer son couteau et à poignarder la victime, qui meurt sur le coup.

 [wp_ad_camp_2]

A la barre, l’accusé a expliqué le déroulement de l’évènement. Selon lui, « ils étaient trois contre moi, ils m’ont donné des coups de poing et le chauffeur a tenté de me frapper avec la hache que je détenais », a-t-il dit devant la barre en guise de défense.

Cependant, il avoue « avoir asséné au chauffeur un coup de couteau dans le thorax ». Pour l’avocat général du tribunal de Kaolack, Issa Ndiaye, « Demba Diouf avait bien choisi la partie du corps visée pour ne lui laisser aucune chance de survie »

Ainsi, pour le punir, l’avocat général a requis une peine de 20 ans de travaux forcés pour homicide volontaire, avec intention de donner la mort.

En outre, Me Omar Diouf de la défense, a plaidé la légitime défense, avant de demander à la Cour d’assises de disqualifier les faits en coups et blessures ayant entrainé la mort. Car pour lui, « mon client était obligé de choisir entre sa vie et celle de sa victime ».

Adama COULIBALY
Dakar –Oeildafrique.com


Tags assigned to this article:
dakarjusticesénégal

Related Articles

Relation des conjoints vivant entre l’Afrique et l’Occident: entre réussite et échec

[GARD align= »center »] Le phénomène est réel sur le continent africain et est similaire dans plusieurs pays. Plusieurs couples qui se

Sénégal: Habré éconduit les avocats commis pour sa défense

L’ancien président tchadien, Hissène Habré jugé à Dakar par un tribunal spécial, a refusé de s’entretenir mardi avec les avocats

Sommet de la Francophonie: ça râle à Dakar

[GARD align= »center »] Des drapelets des différents pays membres de la Francophonie flottent tout au long de l’autoroute de Dakar. Trente-cinq

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*