Sénégal : Vol de téléphone dans les transports en commun prend de l’ampleur

Sénégal : Vol de téléphone dans les transports en commun prend de l’ampleur

[wp_ad_camp_3]

vol de téléphone portableLe vol du téléphone portable a connu des proportions inquiétantes dans la capitale sénégalaise. Ce phénomène s’illustre et s’installe dans les transports en commun.

Malgré l’arrivée la présence permanente et en vrac des téléphones de marque chinoise dans le pays, les voleurs de portables s’activent de plus belle.  

A certaines heures, (18 heures), il est même déconseillé d’emprunter certains cars de transports en commun. Les moments les plus propices pour ces experts du vol restent les  heures ou le trafic est dense.

Dans la mêlée, tout le monde se précipite pour rentrer à la maison. Ainsi, O. Wade, habitant dans un quartier huppé de Dakar, « Il y’a de cela quelques années, le phénomène n’avait pas autant d’ampleur. Mais, nous constatons aujourd’hui, pour un simple téléphone,  il y a un risque de se faire poignarder ».

 Poursuivant, il ajoute, « c’est une situation qui est favorisée par le manque d’emploi des jeunes. Et, avec la lutte traditionnelle, beaucoup parmi eux ne cherchent à travailler. Ils vont à la plage pour s’entrainer afin de devenir lutteur ».

« Pourtant, après l’entrainement, il te faut manger, boire et sans travail, c’est impossible. Donc, tout ce qui leur reste à faire c’est de voler », a soutenu M. Wade. Certains, toutefois se disent conscient de la situation actuelle dans les transports en commun, d’où l’importance de prendre ses précautions avant de monter.

« Quand je prends un bus, je mets mon sac en bandoulière et je le sers très fort contre moi pour qu’on ne me le vole pas », a souligné Mariam Diop, étudiante en droit à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar.

 Et d’ajouter, « souvent, au moment de rentrée à la maison, les gens ruent vers les bus et c’est en ce moment que les voleurs profitent pour chiper le bien des gens ».

 Cependant, précise-t-elle, « il y a aussi des étudiants qui volent dans les bus, en plus des apprentis ».

[wp_ad_camp_2]

Pourtant, confie un sénégalais, « les gens ont tendance à ne pas acheter de téléphones dans la rue. Ils préfèrent acheter dans les boutiques avec une facture afin d’éviter de se faire arrêter par la police ».

Car, l’achat dans les rues est devenu un risque.  Dans certains cas et avec certaines marques, la traçabilité de l’appareil peut être effectuée par les opérateurs de téléphonie mobile.

Seulement, sur demande soit de la police ou d’une autorité compétente chargée d’enquêter.

Adama COULIBALY
Dakar-Oeildafrique.com  


Tags assigned to this article:
dakarsénégalSmarthphonestéléphonevol

Related Articles

Sénégal : Manuel Valls à la conquête d’un nouveau marché économique

[GARD align= »center »] Manuels Valls achève ce vendredi sa visite de 48 heures au Sénégal qu’il a entamée jeudi par saleur

Jean-Yves Le Drian au sommet de Dakar: «Les militaires africains, une fois formés, ne disposent pas de moyens»

[GARD align= »center »] Le ministre français de la Défense, Jean-Yves le Drian a affirmé mardi à Dakar que les armées africaines

Réformes des Institutions: Macky Sall rejette la proposition de l’interdiction de gérer un parti politique tout en étant chef d’Etat

[GARD align= »center »] En visite en Chine dans le cadre de la coopération entre son pays le Sénégal et la Chine,

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*