Sénégal/Revue du Code électoral: L’opposition récuse l’arbitre Macky Sall

Sénégal/Revue du Code électoral: L’opposition récuse l’arbitre Macky Sall

[GARD align= »center »]

Le président du Sénégal, Macky Sall

Le président du Sénégal, Macky Sall

L’opposition ne veut pas de l’arbitrage du président de la République, Macky Sall dans le processus de revue du code électoral.

En effet, analysant sa participation aux travaux de la commission de revue du code, les techniciens du pôle de l’opposition se sont opposés à l’intervention du président Macky Sall.

Selon les opposants au régime, c’est le président Macky Sall lui-même qui serait à l’origine de cette proposition d’arbitrage.

En plus, ils soutiennent qu’il y’a derrière cette proposition, un calcul politicien qui émane du chef de l’Etat en personne.

Depuis le début des travaux de la dite commission, l’opposition et la majorité n’arrivent pas à s’entendre sur le mode scrutin pour les prochaines élections locales et la présidentielle de 2017.

Selon le porte-parole du collectif, Fatou Sock du parti de l’ancien premier ministre de Me Abdoulaye Wade, Rewmi, l’opposition affirme son refus d’avoir l’arbitrage du chef de l’Etat, qui est un chef de parti et la proposition de sa majorité émane de lui.

A l’en croire, la majorité ne propose pas une élection au niveau des villes mais une désignation.

En plus, elle ajoute que cette proposition constitue une violation de notre Constitution qui dispose en son article 102 que les Collectivités locales constituent le cadre institutionnel de la participation des citoyens à la gestion des affaires publiques.

« Elles s’administrent librement par des assemblées élues », a t-elle soutenu après la réunion du collectif regroupant les différents partis de l’opposition sénégalaise.

Poursuivant, il indique que la proposition de la majorité viole la loi que la mouvance présidentielle a fait voter le 28 décembre, dans la précipitation et l’affolement, à sa majorité mécanique.

Expliquant, elle note que cette loi dit que les Collectivités locales s’administrent librement par des conseils élus au suffrage universel.

Ainsi, en lieu et place du président Macky Sall comme arbitre, l’opposition propose que l’administration, le ministère de l’Intérieur, en l’occurrence, tranche le débat en se conformant aux dispositions du protocole additionnel de la Cedeao, qui exige le consensus ou le maintien du statu quo antérieur.

De l’avis du représentant du parti Aj-Pads, Babacar Fall d’Aj-Pads, il faut un dialogue autour du mode de scrutin au niveau du département qui est un nouvel ordre de collectivité et le maintien du statu quo à toutes les autres sphères de collectivité.

[GARD align= »center »]

Cependant, le collectif n’exclu pas la médiation en vue d’un consensus, reste par contre vigoureusement campée sur sa position, tout en exigeant du gouvernement le respect du calendrier républicain.

Adama Coulibaly
Dakar – Oeildafrique.com

 


Tags assigned to this article:
sénégal

Related Articles

Sénégal: la Cour suprême confirme la condamnation de Karim Wade pour enrichissement illicite

La Cour suprême du Sénégal a confirmé jeudi la condamnation en mars de l’ancien ministre sénégalais Karim Wade à six

Dakar toujours sous les eaux après des pluies diluviennes

Plusieurs quartiers de Dakar sont inondés par les pluies diluviennes qui se sont abattues sur la capitale sénégalaise dans la

Sénégal : Macky Sall renvoie de l’administration un leader de l’opposition

[GARD align= »center »] Depuis quelques mois, Ousmane Sonko, Inspecteur des Impôts occupait la Une de la plupart des journaux sénégalais par

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*