Somalie: au moins 35 tués dans des combats le long de la frontière éthiopienne

Somalie: au moins 35 tués dans des combats le long de la frontière éthiopienne
Des policiers au lendemain d'une attaque à la voiture piégée perpetrée par des shebabs proches d'Al-Qaïda devant un hôtel de Mogadiscio en Somalie le 28 mars 2015|AFP

Des policiers au lendemain d’une attaque à la voiture piégée perpetrée par des shebabs proches d’Al-Qaïda devant un hôtel de Mogadiscio en Somalie le 28 mars 2015|AFP

Au moins 35 personnes ont été tuées depuis vendredi en Somalie le long de la frontière avec l’Ethiopie, dans des affrontements entre milices somaliennes et une unité des forces éthiopiennes, a-t-on appris dimanche de sources concordantes.

Les violences ont commencé la semaine dernière, et ont repris avec une plus grande intensité vendredi, après des raids menés par une force d’élite éthiopienne sur plusieurs villages frontaliers, selon ces sources.

« L’unité de police LIYU, venue de la région Somali (sud) en Ethiopie, a lancé des attaques sur des civils innocents », a accusé Hussein Weheliye Irfo, gouverneur de la région de Galgadud, dans le centre de la Somalie.

« Ils attaquent les villages, tuent les gens pour piller leur bétail », a affirmé ce responsable, appelant le gouvernement éthiopien et la force de paix africaine en Somalie (Amisom) à intervenir « pour arrêter les tueries ».

« Les combats ont commencé dans les villages de Labo-bar et Dhiga. Mais maintenant que l’unité LIYU a traversé la frontière pour pénétrer en Somalie, c’est une grande étendue de territoire qui est concernée et il y a beaucoup de victimes », a confirmé Mohamed Garane, a leader traditionnel du district de Guricel, où les blessés ont été hospitalisés.

« Leur nombre atteint plus d’une trentaine, nous avons comptabilisé trente-cinq corps et plusieurs zones sont totalement inaccessibles en raison des violences », a expliqué M. Garane, interrogé au téléphone depuis Mogadiscio, et qui a fait état d’un très grand nombre de blessés.

« Près de quarante personnes ont été tuées (…), il n’y a pas de cessez-le-feu pour le moment », a ajouté Daud Moalim Ise, qui a dénoncé la violence de l’unité LIYU pour « tuer des villageois innocents ».

« Nous avons reçu jusqu’à présent 29 blessés, mais la plupart sont incapables de venir ici », a déclaré Ali Omar, directeur du principal hôpital de Guricel.

« Il y a parmi eux des femmes et des enfants présentant des blessures par balles », a-t-il ajouté.

AFP

AFP

AFP

L’Agence France-Presse (AFP) est une agence de presse mondiale fournissant une information rapide, vérifiée et complète en vidéo, texte, photo, multimédia et infographie sur les événements qui font l’actualité internationale.


Tags assigned to this article:
Ethiopiesomalieviolences

[wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4] [fbcomments]

Related Articles

Réquisitoire au procès des militaires français accusés du meurtre de l’Ivoirien Firmin Mahé

L’avocate générale prononce jeudi son réquisitoire au procès des quatre anciens militaires français de la force Licorne en Côte d’Ivoire

Sénégal: le virus Zika a déjà existé dans le pays (spécialiste)

[GARD align= »center »] L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a décidé d’instaurer l’état d’urgence de santé publique de portée internationale pour

RDC : Joseph Kabila confirme la tenue des élections prévues par les lois

[GARD align= »center »] Dans son discours sur l’état de la nation prononcé lundi 15 décembre devant les deux chambres du Parlement

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*