Sommet d’Accra: Les pays de la CEDEAO donnent quitus à la signature des APE et font front commun contre Ebola

Sommet d’Accra: Les pays de la CEDEAO donnent quitus à la signature des APE et font front commun  contre Ebola

[GARD align= »center »]

Des infirmiers, équipés pour ne pas contracter la fièvre à virus Ebola

Des infirmiers, équipés pour ne pas contracter la fièvre à virus Ebola

Le 45e Sommet des chefs d’Etat et de Gouvernement de la CEDEAO s’achève ce vendredi dans la capitale ghanéenne. Les participants au sommet d’Accra ont donné leur approbation pour la signature de l’Accord de Partenariat Economique (APE) et ont appelé les différents Etats de la communauté à contribuer financièrement à la lutte contre le virus Ebola dans l’espace communautaire.

Les Chefs d’Etat et de Gouvernement ont instruit vendredi les négociateurs en chef de la Communauté pour qu’ils poursuivent le processus de signature et la mise en œuvre de l’Accord de partenariat économique (APE). «Les Chefs d’État et de Gouvernement approuvent résolument l’Accord de Partenariat Economique négocié en tenant compte des préoccupations techniques soulevées », indique un communiqué de l’organisation.

L’autre sujet à l’ordre du jour est la stratégie à adopter pour une meilleure harmonisation de vie et de déplacement des citoyens dans l’espace communautaire. Sur le sujet, les chefs d’État et de Gouvernement ont approuvé la suppression du permis de séjour et l’introduction de la carte d’identité biométrique pour les citoyens de l’Afrique de l’Ouest. Ordre est ainsi donné aux ministres en charge de la sécurité pour examiner toutes les implications en matière de sécurité avant la signature des actes additionnels en vue de parvenir à l’atteinte des objectifs.

Les dirigeants de la CEDEAO ont débattu également sur la monnaie unique de la Communauté. A Accra, ils se sont accordés sur «les recommandations portant sur les critères de convergence, la rationalisation des institutions et une feuille de route révisée avec une directive spécifique pour les institutions chargées de sa mise en œuvre».

La fièvre hémorragique à virus Ebola était le dossier de l’heure qui a le plus retenu les attentions des chefs d’Etat et de Gouvernement. Ceux-ci ont décidé de la mise en place d’un fonds de solidarité pour soutenir la lutte contre cette maladie qui sévit dans la sous-région.

Le communiqué sanctionnant les travaux indique que le Nigeria a décidé d’offrir une somme trois millions de dollars pour la lutte contre cette maladie qui tue des centaines de citoyens de la sous-région. Ce fond sera affecté aux trois pays de la CEDEAO durement éprouvés par Ebola. La Guinée recevra un million de dollars, la Sierra Leone et le Libéria recevront chacun 500.000 dollars. L’Organisation Ouest Africaine de la Santé (OOAS) pour la recherche d’une approche régionale en vue de contrer le virus Ebola va recevoir 500.000 dollars. Le reste de la somme, soit un million de dollars sera déposée dans le fond commun de la CEDEAO Rechercher CEDEAO pour la lutte le virus Ebola.

[GARD align= »center »]

Le président en exercice de la CEDEAO, le Ghanéen John Mahama n’a pas manqué de lancer un appel à la communauté internationale à s’efforcer de contribuer à la caisse de solidarité Ebola. Les autres États membres de la Communauté devront également faire de même.

©Oeildafrique.com 

[wp_ad_camp_4]

 


Tags assigned to this article:
CEDEAOebola

[wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4]

Related Articles

Le gouvernement béninois annonce la fermeture de 9 ambassades dont 5 en Afrique

[GARD align= »center »] Le gouvernement béninois a décidé de la fermeture de neuf ambassades à travers le monde dont cinq en

Nigéria: Boko Haram s’empare de la ville clé de Michika

  Au Nigéria, la secte islamique Boko Haram s’est emparée lundi d’une ville stratégique au Nord du pays, dans les

Bénin : Yayi Boni réclame sa pension de retraite présidentielle à Talon

[GARD align= »center »] L’ex-président béninois Boni Yayi, a introduit auprès du chef de l’État Patrice Talon et du président de l’Assemblée

1 commentaire

Espace commentaire
  1. Job Simeon
    Job Simeon 13 juillet, 2014, 10:36

    La CEDEAO?Voilà une communauté dynamique. En Afrique centrale, ni la CEEAC,ni la CEMAC ne bougent. La CEEAC est plombée avec la présence d’un bandit semi-analphabète à la tête de la RDC, locomotive naturelle de la sous-région devenue, hélas! satellite du Rwanda! La CEMAC? Ils parlent trop pour trop peu d’actions concrètes. Le passeport biométrique qui a peiné à être accepté par le Gabon et la Guinée Equatoriale, est déjà saboté par ce dernier pays! Quel mufle cet Obiang que j’aime pourtant bien pour avoir tout de même bâti son pays, en dépit des frasques de son vice-président de fils!

    Répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*