Sommet UA : L’envoi des casques bleus en RCA et l’action de la Force en attente au cœur des débats

Sommet UA : L’envoi des casques bleus en RCA et l’action de la Force en attente au cœur des débats

[GARD align= »center »]

Des soldats de la Misca au Centrafrique Reuters

Des soldats de la Misca au Centrafrique. Reuters

Lors de la 1ère session ordinaire du sommet des chefs d’Etat et de gouvernement à Durban (Afrique du Sud) en juillet 2002, les dirigeants africains ont accepté le principe de la mise en place d’une force africaine qui pourra intervenir dans le règlement des conflits armé sur le continent. A cette occasion, la décision de la création avait été actée.

Ainsi, la création de cette force revient en force dans les débats en cours à Addis-Abeba entre les Chefs d’Etat et de gouvernement de l’Afrique réuni en sommet dans la capitale éthiopienne. A cet effet, le commissaire à la Paix et à la Sécurité de l’Union africaine (CPS/UA), Smaïl Chergui a évoqué la nécessité de recours à la force ou à la possibilité d’intervention rapide dans les conflits en Afrique. Il a précisé que cela constituait un jalon du projet de la force africaine en attente qui sera effective fin 2015. M.Chergui a indiqué que les chefs d’état-major et les ministres africains avaient examiné lors de deux réunions le 14 janvier dans la capitale éthiopienne, le projet de la force africaine en attente qui devrait être effective fin 2015.

Mais pendant ce temps, il y a lieu d’agir et le Commissaire à la Paix et à la Sécurité de l’UA pense qu’il y a possibilité d’un recours à la force ou à l’intervention rapide pour le règlement de certaines crises sur le continent.

« Il s’agit de la première démarche vers l’aboutissement du projet fin 2015. (…) Même si certains pays avaient émis des réserves, les deux dernières réunions ont cependant abouti à une approche africaine unifiée autour de cette question. Toutes les décisions auxquelles nous sommes parvenus lors de ces réunions seront soumises au 22e sommet ordinaire des chefs d’Etat et de gouvernement de l’UA à Addis-Abeba.», a-t-il souligné.

L’adoption du projet devra permettre de procéder à la constitution de quatre comités d’étude sur les dossiers importants. L’activation de la force africaine en attente en 2015 intervient dans le cadre des clauses de «la déclaration juridique de l’UA portant création de celle-ci et de la force d’intervention rapide», adoptée par le 20e sommet en janvier 2012 à Addis-Abeba.

Mais fort malheureusement, le constat qui est fait au sommet de l’UA ne favorise pas l’activation rapide de cette force. La création de force continentale militaire est encore loin.

[GARD align= »center »]

En outre l’Union Africaine soutient la demande d’envoie des casques bleus en République Centrafricaine. Mais ce soutien ne fait pas l’unanimité au sein de l’organisation. Au menu des débats figure, notamment, la transformation de la Misca, la force africaine actuellement déployée en RCA, en opération de maintien de la paix des Nations unies. Depuis plusieurs mois, la question fait débat. La France notamment, inquiète de la persistance des violences dans ce pays, pousse à un envoi de casques bleus. De leur côté, les Etats africains de la Misca, qui comptent 5 200 hommes sur place, souhaitent conserver la tête de l’opération et demandent du temps pour faire leur preuve sur le terrain.

Didier Assogba
Oeildafrique.com

Didier Assogba

Didier Assogba

Journaliste à Oeil d'Afrique. Basé à Lomé, Togo


Tags assigned to this article:
CentrafriqueUnion africaine

Related Articles

Gabon : l’opposant et cousin d’Ali Bongo, Léon-Paul Ngoulakia, interpellé à Libreville

[GARD align= »center »] Un ancien patron du renseignement du Gabon, Léon-Paul Ngoulakia, par ailleurs cousin du président Ali Bongo Ondimba, récemment

Un bateau médical attendu en août au Congo

Un bateau-navire dénommé ‘’Mercy-Africa’’ de l’Ong Mercy-Ships d’origine américano- britannique est attendu en août prochain au Congo avec à bord

RDC : Vers des nouvelles sanctions américaines contre des autorités congolaises

[GARD align= »center »] La menace des sanctions américaines contre plusieurs autorités congolaises ne faiblit pas. L’épée de Damoclès pèse toujours sur

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*