Soudan: des miliciens arabes tuent plus de 50 personnes au Darfour

Soudan: des miliciens arabes tuent plus de 50 personnes au Darfour

Des membres d’une milice arabe armés de mitrailleuses ont tué une cinquantaine de personnes samedi au Darfour, dans l’ouest du Soudan, à la suite d’affrontements qui ont déjà provoqué un vaste mouvement de population en janvier, ont annoncé à l’AFP des habitants.

 

Ils sont venus en Land Cruisers, ont utilisé des Douchka (mitrailleuse lourde) et brûlé 30 maisons, tuant 53 personnes, a déclaré l’une de ces sources, un habitant d’El-Sireaf, une ville du Darfour-Nord où la plupart des dizaines de milliers de personnes chassées par les combats du début de l’année ont trouvé refuge.

 

Un autre habitant, qui a déclaré avoir été blessé, a également évoqué un bilan de 53 morts.

 

Selon les deux habitants, les assaillants appartenaient à une milice de la tribu des Rezeigat, engagée depuis début janvier dans des affrontements meurtriers avec une autre tribu arabe, les Beni Hussein, dans la région du Jebel Amir, riche en mines d’or.

 

Nous sommes au cimetière en train d’enterrer les morts, a déclaré le premier habitant, en précisant que deux femmes et deux enfants figuraient parmi les victimes.

 

AFP

Bona

Bona

L'actualité africaine n'a pas de secret pour moi. Toujours à l'afflux, je ne loupe rien.


Tags assigned to this article:
soudan

Related Articles

Francophonie: « La RDC doit montrer sa volonté de promouvoir la démocratie » (Elysée)

François Hollande a estimé que la République démocratique du Congo (RDC), où doit se tenir le prochain sommet de la

Roger Musandji, l’œil panafricain multiforme

A onze ans, il est arrivé en France et à 23 ans, il était attaché de presse de Sylvain Wiltord.

La « guerre » de la bière est déclarée en Côte d’Ivoire

[GARD align= »center »] « Chez nous la bière, c’est Bock! » contre « Bière Ivoire, appréciée par les Ivoiriens! » : les deux grandes brasseries

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*