Soudan du Sud : Juba accepte un cessez-le-feu, la décision de Riek Machar attendue

Soudan du Sud : Juba accepte un cessez-le-feu, la décision de Riek Machar attendue

[wp_ad_camp_3]

(Photo AFP)

(Photo AFP)

La situation de crise au Sud du Sud a nécessité un sommet de crise régional qui s’est tenu ce vendredi à Nairobi au Kenya. A l’issue du sommet, les autorités sud-soudanaises se sont dites prêtes à « un cessez-le-feu immédiat » avec les rebelle. C’est ce qu’annonce l’Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD), une organisation des pays de la Corne de l’Afrique et d’Afrique de l’Est.

Les Chefs d’Etat qui ont pris part à ce sommet ont demandé à l’ancien Vice président, Riek Machar, qui n’était pas représenté à ce sommet, à prendre les mêmes engagements de cessez-le-feu immédiat. Autre décision prise au cours du sommet, les chefs d’Etat de la région, demandent au président sud-soudanais, Salva Kiir et son rival Riek Machar, à engager un dialogue avant le 31 décembre. Sans ce dialogue, l’organisation de la région va devoir prendre d’autre mesure qui ne sont pas encore communiquées. « Il existe une petite fenêtre d’opportunité pour ramener la paix » au Soudan du Sud, a averti le président kényan Uhuru Kenyatta lors de ce sommet. L’IGAD s’est prononcée contre un changement de régime au Soudan du Sud, semblant ainsi accréditer la version du président Kiir, condamnant la tentative de prise de pouvoir par la force de Riek Machar.

C’est depuis le 15 décembre que le Soudan du Sud est en proie à d’intenses combats. Des échanges de tirs ont eu lieu entre des éléments armés et la garde présidentielle. Le pouvoir de Juba a rapidement trouvé l’auteur de cette attaque parce que le président Salva Kiir a accusé son ancien vice-président, Riek Machar, de tentative de coup d’Etat. Riek Machar qui a dans un premier temps rejeté les accusations de coup d’Etat a indiqué à la suite qu’il ne discuterait avec le régime que des conditions de son départ. Les affrontements provoqués par cette lutte pour le pouvoir ont provoqué des violences entre leurs ethnies réciproques : les Nuer pour Machar et les Dinka pour Kiir. Selon les chiffres de l’ONU, on dénombre déjà près de 122000 déplacés. Parmi ces personnes déplacées, environ 63 000 ont trouvé refuge dans des bases de l’ONU, notamment à Juba, Bor, Malakal, Bentiu et Panang.

Rien qu’à Juba, la capitale, quelque 25 000 personnes ont quitté leur domicile, précise l’OCHA. Les combats se poursuivent dans près de la moitié du pays. Dans la foulée, l’ONU a décidé d’envoyer 6 000 casques bleus supplémentaires et de déployer des moyens aériens pour mieux protéger les civils. Alors que la situation s’aggrave sur le terrain, les agences humanitaires ont lancé un appel à la communauté internationale pour recueillir 166 millions de dollars afin de financer leurs opérations dans le pays, aide alimentaire et médicale, et distribution de produits de première nécessité.

[wp_ad_camp_1]

Dans la mi-journée, rebelles et gouvernement sud soudanais ont revendiqué le contrôle de Malakal une ville-clé du nord du pays et qui est la capitale de l’Etat du Haut-Nil, riche en pétrole. Les forces gouvernementales fidèles au président Salva Kiir y affrontent les rebelles depuis lundi. Le ministre sud-soudanais de la Défense, Kuol Manyang Juuk a affirmé que les rebelles s’étaient repliés et que Malakal était entièrement sous le contrôle des forces gouvernementales.

Oeildafrique.com


Tags assigned to this article:
Soudan du Sud

Related Articles

« L’actualité africaine en 5 titres » du 6 juillet 2016

[GARD align= »center »] Cameroun : Suspension de 14 footballeurs pour avoir menti sur leur âge Quatorze footballeurs camerounais ont été suspendus

Procès Hissène Habré: La défense demande une enquête parlementaire sur le financement

[GARD align= »center »] Le Pool des avocats de l’ancien Président du Tchad, Hissène Habré emprisonné à Dakar compte saisir l’Assemblée  nationale

Guinée-Bissau : Baciro Dja nommé Premier ministre pour la seconde fois

[GARD align= »center »] Baciro Dja a été nommé Premier ministre pour la deuxième fois par le Président de la République de

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*