Soudan du Sud: Salva Kiir et Riek Machar négocient de nouveau à Addis Abeba

Soudan du Sud: Salva Kiir et Riek Machar négocient de nouveau à Addis Abeba

[GARD align= »center »]

Salva Kiir et Riek Machar

Riek Machar (G) et Salva Kiir (D) lors d’une cérémonie à Juba, au Soudan du Sud, en juillet 2013. | Reuters

Le président sud soudanais Salva Kiir et son ancien vice-président Riek Machar ont renoué lundi avec le dialogue à Addis Abeba dans le but de parvenir à mettre fin à plus de sept mois de conflit qui a créé une situation humanitaire inquiétante dans le pays.

Les négociations entamées lundi à Addis Abeba entre le président sud soudanais Salva Kiir et son ancien vice-président Riek Machar devaient reprendre, il y a une semaine. Elles permettront aux protagonistes de revoir les mesures d’application du récent cessez-le-feu qui a installé un peu d’accalmie dans le Nord du pays.

Le médiateur en chef, Seyoum Mesfi a annoncé lundi lors de la reprise de ces pourparlers que la session devrait déboucher sur des progrès dans le but de mettre fin à la guerre en cours dans le pays. Seyoum Mesfi a précisé que  tout résultat aboutissant à sa poursuite du conflit entre le président Salva Kiir et son ancien vice-président, Riek Machar, aura de graves conséquences.

[GARD align= »center »]

«Ceux qui insistent pour poursuivre les combats devront être tenus pour responsables», a menacé M. Mesfi. L’ambassadeur chinois auprès de l’Union africaine (UA), Xie Xiaoyana également menacé en indiquant que la patience de  la communauté internationale est à bout. «La patience des pays de la région et de la communauté internationale semble épuisée car ils n’ont vu aucun véritable résultat, ils ne voient que la famine qui menace et la poursuite des souffrances des populations au Soudan du Sud», a avancé Xiaoyana. Pour lui, il est grand temps que cela s’arrête. Deux cessez-le-feu avaient été signés en janvier et en mai mais aucun n’a été appliqué

Le 10 juin dernier, les deux camps avaient paraphé un accord de cessez-le-feu qui demandait la mise en place d’un gouvernement de transition avant le 10 août. Mais, compte tenu de l’impasse dans laquelle se sont rapidement retrouvées les négociations, l’organisation est-africaine Autorité intergouvernementale pour le développement (Igad) a suspendu sa médiation le 23 juin.

[GARD align= »center »]

Face à l’entêtement des deux camps, les États-Unis et l’Union européenne ont déjà infligé des sanctions à des chefs militaires de chaque camp et l’IGAD a menacé de faire de même. Les négociations, qui se déroulent depuis janvier à Addis-Abeba ont déjà coûté 17 millions de dollars, une somme qui aurait pu permettre aux organisations humanitaires de trouver une solution à la famine qui s’annonce dans le pays tant que la guerre continue.

©Oeildafrique.com 

[wp_ad_camp_4]


Tags assigned to this article:
Soudan du Sud

Related Articles

Paludisme: deux fois moins de personnes décèdent depuis 2000

[GARD align= »center »] Le nombre de décès dus au paludisme a baissé de près de moitié depuis 2000, s’est félicitée mardi

Côte d’Ivoire : le gouvernement appelé à négocier avec les enseignants grévistes

Un parti politique d’opposition en Côte d’Ivoire appelle le gouvernement à négocier avec les enseignants du primaire et du secondaire

L’Afrique de l’Est, nouvelle frontière du gaz naturel

L’Afrique de l’Est devient le nouvel Eldorado du gaz naturel, après les découvertes de gisements très riches au large du

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*