Soudan: meeting électoral au Darfour, Béchir s’en prend à l’ONU et à l’UA

Soudan: meeting électoral au Darfour, Béchir s’en prend à l’ONU et à l’UA
Le président soudanais Omar el-Béchir lors d'un meeting à El-Facher, dans la région du Darfour, le 8 avril 2015

Le président soudanais Omar el-Béchir lors d’un meeting à El-Facher, dans la région du Darfour, le 8 avril 2015|AFP

Le président soudanais Omar el-Béchir s’en est pris mercredi aux Nations unies et à l’Union africaine au cours d’un meeting électoral organisé à El-Facher, dans la région du Darfour en proie aux violences et à la guerre depuis plus de dix ans.

Dans un discours prononcé devant plusieurs centaines de partisans, M. Béchir a estimé que le Soudan n’avait pas besoin de la Mission de l’ONU-UA au Darfour (Minuad) pour régler les conflits dans cette région de l’ouest du pays où des rebelles combattent le gouvernement depuis 2003.

« Avez-vous besoin que l’on vous dise comment vous réconcilier ? Avez-vous besoin de la Minuad ? Avez-vous besoin de l’Union africaine ? Avez-vous besoin des Nations unies ? », a demandé le président qui se présente pour un nouveau mandat à la présidentielle qui se tient sur trois jours à partir de lundi.

« Non ! », criaient les supporteurs qui répondaient à ces questions.

« Vous êtes ceux qui enseignez la paix et la réconciliation au monde, personne ne vous dira comment faire », a poursuivi le président acclamé par la foule.

Khartoum avait sommé la Minuad –déployée depuis 2007– de se préparer à quitter le Soudan l’an dernier, à la suite d’une enquête lancée par la Mission sur un viol collectif présumé impliquant l’armée au Darfour-Nord.

M. Béchir, réclamé par la Cour pénale internationale (CPI) pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité au Darfour, s’exprimait dans la capitale du Darfour-Nord.

Plusieurs centaines de ses partisans étaient présents au meeting électoral, certains d’entre eux arrivés à dos de chameau saluant le président de leurs montures, au milieu d’une forte présence policière.

Les forces de sécurité, fortement armées, étaient également déployées autour de la ville à l’occasion de ce meeting.

M. Béchir, 71 ans, arrivé au pouvoir en juin 1989 à la suite d’un coup d’Etat est assuré d’être réélu face à 15 concurrents peu connus alors que la plupart des partis de l’opposition boycottent l’élection, comme en 2010.

Les électeurs devront élire, outre le chef de l’Etat pour un mandat de cinq ans, les 354 membres du Parlement et ceux des assemblées régionales, avec des résultats attendus fin avril.

Déclenché par une rébellion réclamant la fin de la « marginalisation économique » et un partage du pouvoir avec Khartoum, le conflit au Darfour a fait en 12 ans plus de 300.000 morts et 2,5 millions de déplacés selon l’ONU. Il n’a pas été résolu et est aggravé par une criminalité accrue dans l’ouest de la région et des violences tribales.

Avec l’instabilité qui ronge le pays, M. Béchir a promis durant la campagne « sécurité et stabilité politique et économique ».

AFP

AFP

AFP

L’Agence France-Presse (AFP) est une agence de presse mondiale fournissant une information rapide, vérifiée et complète en vidéo, texte, photo, multimédia et infographie sur les événements qui font l’actualité internationale.


Tags assigned to this article:
éléctionspolitiquesoudan

[wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4]

Related Articles

Malawi: la présidente Joyce Banda annule les élections

[GARD align= »center »] La présidente du Malawi, Joyce Banda, a annulé samedi l’élection présidentielle, en passe d’être gagnée par son principal

Congo : deux militaires tués dans une attaque armée dans le Pool

[GARD align= »center »] Le ministre congolais de la Communication et des Médias, porte-parole du gouvernement, Thierry Moungalla a indiqué dimanche que

Le Tchad interdit la burqa pour des raisons de sécurité après un double attentat-suicide

Le Tchad a interdit le port de la burqa, voile intégral cachant le visage, pour des raisons de sécurité après

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*