Alerte Infos

Succession d’Abdou Diouf à l’OIF: jour de vérité à Dakar

Succession d’Abdou Diouf à l’OIF: jour de vérité à Dakar

 [GARD align= »center »]

L'ancien président sénégalais et secrétaire général de la Francophonie, Abdou Diouf

L’ancien président sénégalais et secrétaire général de la Francophonie, Abdou Diouf

«Ce sommet n’est pas un sommet comme les autres», à lancé samedi 29 novembre 2014 à Dakar, Abdou Diouf, lors de son discours d’adieu au XVe sommet de la Francophonie. Ce dimanche 30 novembre 2014 est jour de vérité car il va être succédé à la tête de l’OIF parmi l’un des cinq candidats au poste.

Dans les prochaines heures, le monde de la Francophonie doit connaître la personne qui va diriger les destinées de l’OIF pour les années à avenir. Cinq candidats, dont une femme pour la première fois, sont en lice pour succéder à l’ancien président du Sénégal à la tête de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF).

Après trois mandats de quatre ans à la tête du mouvement, l’ancien chef d’État sénégalais a décidé de passer la main. Son successeur doit être choisi ce dimanche 30 novembre 2014 dans la capitale sénégalaise, à l’issue notamment du XVe sommet de la Francophonie.

Dès l’ouverture de la cérémonie, les chefs d’Etat se sont réunis en huis clos pour discuter du profil de celui qui sera l’heureux élu parmi Jean-Claude de l’Estrac, 66 ans, ancien ministre des Affaires étrangères de l’île Maurice et actuel secrétaire général de l’océan Indien et le Congolais Henri Lopès (77 ans), ancien Premier ministre. Mais l’âge de Lopès, plus que celui du secrétaire général sortant est déjà un handicap. Mais, ce n’est pas la première fois que le Congolais est candidat à ce poste. En 2002, il avait fait face à Abdou Diouf.  Pour l’Estrac, le Mauricien, il peine a être soutenu malgré le fait qu’il batte campagne activement axée sur l’économie, en étroite ligne avec le débat du XVe sommet de Dakar. Quant à l’autre candidat africain, l’Equato-guinéen Agustin Nze Nfumu, il est peu connu. Donc ses chances sont minimes.

Pierre Buyoya, l’autre candidat de l’Afrique à la tête de l’OIF, est vu comme un putschiste. Donc, le porter au secrétariat général de la Francophonie viendrait saper les efforts de démocratie de certains pays membres de l’organisation, surtout au moment où les appels au respect des principes démocratiques et des droits de l’homme retentissent à l’occasion du XVe sommet de la Francophonie, et même bien avant.

Pour la candidate d’origine canadienne, François Hollande a loué ses qualités. Très jeune, (née enn1957) elle s’appelle Michaëlle Jean, et est polyglotte, universitaire, journaliste et animatrice à la télévision publique. Elle a également occupé le poste honorifique de gouverneure générale du Canada. Son projet pour la francophonie est surtout culturel et économique. Dans les couloirs du XVe sommet de la Francophonie, son nom semble revenir le plus.

PAR BABA MBALLO, ENVOYÉ SPÉCIAL À DAKAR

Baba Mballo

Baba Mballo

Journaliste à oeil d'Afrique, basé à Dakar (Sénégal)


Tags assigned to this article:
Abdou dioufFrancophonie

[wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4]

Related Articles

« L’actualité africaine en 5 titres » du 23 juillet 2016

[GARD align= »center »] Koffi Olomide arrêté à Nairobi Le célèbre chanteur congolais Koffi Olomidé a été arrêté vendredi soir à Nairobi,

Le Soudan refuse de négocier avec le Soudan du Sud

L’armée soudanaise a célébré lundi, en présence du président Omar el-Béchir, la reconquête de la zone pétrolière disputée de Heglig,

Le brin d’humeur : Francophonie quand tu nous tiens !!

[GARD align= »center »] Le sommet de la Francophonie vient de s’achever sur une note de féminité puisque c’est Michaëlle Jean qui a

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*