Sud Soudan : Le pouvoir de Juba crie à une tentative de coup d’Etat, l’opposition se défend

Sud Soudan : Le pouvoir de Juba crie à une tentative de coup d’Etat, l’opposition se défend

 [wp_ad_camp_3]

Riek Machar

Riek Machar

Juba, la capitale du Sud Soudan a été soumise à de rudes épreuves de sécurité ces derniers jours du à d’intenses combats entre l’armée et des soldats mutins. Le chef de l’Etat, Salva Kiir parle d’une tentative de coup d’Etat avortée contre son régime. En effet, des témoins ont fait état de tirs ciblant apparemment le palais présidentiel ainsi que d’autres endroits stratégiques de la capitale, obligeant ainsi quelque 13.000 personnes à s’enfuir et trouver refuge dans deux bâtiments appartenant à l’ONU.

Mardi, le ministère sud-soudanais des Affaires étrangères a confirmé le regain des combats, en affirmant que les troupes gouvernementales ont tenté de repousser hors de leurs retranchements les soldats rebelles impliqués dans la tentative du coup d’Etat avorté. Plusieurs personnes ont été arrêtées dans le cadre de cette affaire. Les déplacements vers les pays de l’Afrique centrale ont été réduits alors que les avions sont cloués au sol à l’aéroport de Juba. Le pouvoir de Juba accuse l’ancien vice-président de Salva Kiir, Reik Machar, démis de ses fonctions au mois de juillet, d’être derrière le coup de force déjoué.

Dans la foulée son domicile a été perquisitionné par la police sud-soudanaise. Mercredi, il nie l’existence d’une tentative de coup d’Etat dont l’accusent les autorités. « Il n’y a pas eu de coup d’Etat. Ce qui s’est passé à Juba est un malentendu entre membres de la garde présidentielle, au sein de leur unité. Ce n‘était pas une tentative de coup d’Etat. Je n’ai aucun lien ou connaissance d’une quelconque tentative de coup d’Etat », a déclaré Riek Machar M. Machar figure avec quatre autres figures politiques du pays sur une liste officielle de personnes recherchées.

 [wp_ad_camp_2] 

Le gouvernement annonce l’arrestation de dix hautes personnalités dont huit anciens ministres du cabinet limogé en juillet, en même temps que l’ancien Vice président. Celui a récemment annoncé qu’il se présentera à l’élection présidentielle de 2015. Juba a sombré dans les violences ces derniers jours et plus de 400 morts, environ 800 blessés, et de 10 000 à 15 000 personnes réfugiées dans les deux bases des Nations unies à Juba, la capitale du Soudan du Sud, selon les chiffres communiqués par l’Onu. L’Union africaine et les Nations Unies ont déjà fait part de leur préoccupation au sujet de la situation.

Oeildafrique.com

Bona

Bona

L'actualité africaine n'a pas de secret pour moi. Toujours à l'afflux, je ne loupe rien.


Tags assigned to this article:
Sud Soudan

Related Articles

Zambie: poursuivi pour corruption, l’ex-président Banda acquitté

L’ex-président zambien Rupiah Banda, 78 ans, a été acquitté lundi dans une affaire de corruption présumée portant sur un contrat

Ban Ki-moon nomme deux Africaines au poste d’envoyées spéciales

Le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a nommé l’ancienne Secrétaire générale adjointe de l’ONU, Asha-Rose Migiro de la

Le coup de sang d’un patron français président délégué du conseil français des investisseurs en Afrique

« Nous les Français devrons être très prudents. Non pas qu’on soit contre la démocratie, mais la priorité [pour l’Afrique]

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*