Super Bowl – Les New England Patriots ne se dégonflent pas

Super Bowl – Les New England Patriots ne se dégonflent pas
Le quarterback Tom Brady (g) des New England Patriots et l'un de ses co-équipiers célèbre la victoire sur les Seattle Seahawks dans le Super Bowl, le 1er février 2015 à Glendale, en Arizona (Photo Timothy A. Clary. AFP)

Le quarterback Tom Brady (g) des New England Patriots et l’un de ses co-équipiers célèbre la victoire sur les Seattle Seahawks dans le Super Bowl, le 1er février 2015 à Glendale, en Arizona (Photo Timothy A. Clary. AFP)

Un temps distancés de dix points, les New England Patriots ont submergé dans la dernière période du Super Bowl les Seattle Seahawks et remporté pour la quatrième fois de leur histoire le prestigieux trophée, dimanche.

Les Patriots, empêtrés avant cette finale dans le «Deflagate» où ils sont accusés d’avoir triché en utilisant des ballons sous-gonflés lors de leur finale de conférence, se sont imposés 28 à 24 et ont empêché un nouveau sacre de Seattle, vainqueur du précédent Super Bowl.

Mais le score ne dit pas l’incroyable déroulement des deux dernières minutes de cette 49e édition du Super Bowl suivie par 65.000 spectateurs dans le stade de l’université de Phoenix et par 110 millions de téléspectateurs à travers le pays.

Après avoir ouvert le score (7-0), les «Pats» ont été rejoints à deux reprises par les Seahawks qui ont regagné les vestiaires à égalité avec leurs adversaires (14-14).

En 3e période, les tenants du titre ont pris l’ascendant avec un «field goal» (coup de pied) et un touchdown transformé pour mener 24 à 14.

Grâce à sa défense intraitable au surnom évocateur de «Legion of boom» – la meilleure de NFL lors des trois dernières saisons, les Seahawks semblaient se diriger vers le très convoité «repeat», deux titres de suite, réussi pour la dernière fois par… New England en 2003 et 2004.

Mais la défense de fer de Seahawks a capitulé une première fois sur une passe de trois yards de Tom Brady pour Danny Amendola à moins de huit minutes de la fin (24-21).

– 4e titre pour Brady –

A la surprise générale, ce sont les «Pats» qui ont mieux terminé la rencontre et dominé physiquement les Seahawks.

Et Brady, 37 ans, a trouvé pour la quatrième fois un coéquipier, Julian Edelman, pour un touchdown qui a propulsé son équipe en tête alors qu’il ne restait que deux minutes au tableau d’affichage (28-24).

Mais le meilleur du Super Bowl 2014 était encore à venir: Russell Wilson tentait une passe de 33 yards à destination de Jermaine Kearse qui captait le ballon malgré une déviation d’un défenseur des «Pats» et après un rebond sur son corps.

A quelques yards de la ligne de touchdown de New England et à une minute de la fin, les Seahawks ont la balle de match entre les mains.

Mais leur 2e tentative, à deux yards, est interceptée par un «rookie», Malcolm Butler, nouveau héros des supporteurs des «Pats» qui a volé la vedette à Tom Brady.

«J’ai eu une vision de ce que je devais faire, c’est tout simplement fou», a expliqué Butler.

«On a fait preuve de solidité mentale, lors de ce match et tout au long de la saison. On n’a jamais douté», a apprécié Brady qui est devenu le troisième quaterback de l’Histoire à remporter quatre éditions du Super Bowl.

AFP

AFP

AFP

L’Agence France-Presse (AFP) est une agence de presse mondiale fournissant une information rapide, vérifiée et complète en vidéo, texte, photo, multimédia et infographie sur les événements qui font l’actualité internationale.


[wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4]

Related Articles

CAN-2015: La RDC va se préparer au Cameroun

 [GARD align= »center »] La RD Congo effectuera un stage de préparation en janvier au Cameroun pour la Coupe d’Afrique des nations

Patrick Vieira: «Le manque d’organisation risque de plomber les Africains à la Coupe du monde»

[GARD align= »center »] En visite au Sénégal, l’ancien international français Patrick Vieira a estimé, vendredi à Dakar, que le manque d’organisation

Pichichi: Messi / Ronaldo, la lutte continue

Le titre de Liga en poche, le Real Madrid est presque en vacances. Presque, car il reste encore deux objectifs

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*