Swaziland: Les sorciers mis à contribution par le fisc

Swaziland: Les sorciers mis à contribution par le fisc

sorciersLe gouvernement du Swaziland a été invité à instaurer un impôt sur les sorciers, guérisseurs traditionnels et devins pour renflouer les caisses de l’Etat.

Ces sorciers, appelés « sangomas » dans ce pays enclavé d’Afrique australe qui est aussi la dernière monarchie absolue du continent, doivent déjà s’acquitter d’une redevance de dix emalangeni par an pour exercer leurs talents.

Mais l’auteur de cette proposition, le député Majahodvwa Khumalo, affirme que les membres de cette profession ont multiplié ces dernières années par quatre le tarif de leurs prestations et devraient être davantage mis à contribution.

En 2010, le déficit budgétaire a atteint 15% du PIB, obligeant le gouvernement à puiser dans les réserves de la Banque centrale et à retarder le versement des traitements des fonctionnaires.

Pour sa part, le Fonds monétaire international a refusé de renflouer l’économie swazie en raison du peu d’empressement mis par le roi Mswati II, qui possède une dizaine d’épouses et une fortune personnelle évaluée à 200 millions de dollars, à réduire son train de vie ou le budget des forces armées.

Ed Cropley à Johannesburg; Jean-Loup Fiévet pour le service français, édité par Gilles Trequesser

Avec Reuters

 


Tags assigned to this article:
afriquecriseImpotsSorciers

Related Articles

Abuja: Boko Haram tue un Sénégalais

[GARD align= »center »] Le Ministère sénégalais des Affaires étrangères a appris, jeudi, qu’un de ses compatriotes, fait partie des 21 morts

Le Président soudanais, EL Béchir : «Je partirai si le peuple refuse de voter pour moi»

Le président soudanais Omar el-Béchir a déclaré jeudi qu’il quitter le pouvoir si le peuple soudanais refuser de lui renouveler

« L’actualité africaine en 5 titres » du 6 juin 2016

[GARD align= »center »] CAN 2017 – Gabon : Neuf équipes déjà qualifiées après la 5e journée des éliminatoires  Neuf équipes ont déjà

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*