Tchad: Idriss Deby entame son nouveau mandat dans une tension extrême

[GARD align= »center »]

Le chef de l'Etat tchadien Idriss Deby Itno |DR

Le chef de l’Etat tchadien Idriss Deby Itno |DR

La tension reste vive au Tchad, alimentée par les diverses critiques de l’opposition, plus d’une semaine après l’annonce des résultats provisoires de la présidentielle. Lesdits résultats ont donné Idriss Deby gagnant au premier tour, pendant que le régime est accusé de la disparition de plusieurs corps habillés ayant voté contre le candidat du pouvoir.

L’opposition tchadienne continue de rejeter les résultats de l’élection présidentielle au Tchad. Vendredi, six candidats ayant pris part au scrutin du 10 avril ont publié leurs résultats remettant en cause la victoire au premier tour du président sortant Idriss Déby Itno.

Dans une requête adressée au Conseil constitutionnel, les six opposants dénoncent l' »illégalité du dépouillement des opérations de vote », et demandent au Conseil constitutionnel de ne pas « cautionner une imposture » et de « renvoyer les candidats devant le peuple pour une nouvelle évaluation objective et sans parti pris de l’organisateur du scrutin ».

Ceci intervient dans un contexte d’enlèvement d’opposant par les forces du régime. Ainsi, dans la nuit du 18 au 19 avril, Mahamat Ahamat Lazine, président du Mouvement National pour le Changement au Tchad (MNCT), est interpellé et gardé dans un commissariat dans un quartier sud de N’Djaména. Depuis, ce jeune chef de parti d’opposition n’a plus fait signe de vie. Sa disparition de alimente la polémique.

Mais le ministre tchadien de la Sécurité publique et de l’Immigration, Ahmat Mahamat Bachir a indiqué jeudi que Mahamat Ahamat Lazina est un récidiviste qui a simulé sa disparition.

« Mahamat Lazina n’a pas été kidnappé et n’est pas porté disparu. Il a pris la fuite », a déclaré le ministre.

Toutefois, la disparition de cet opposant intervient moins de trois semaines après l’affaire des «militaires dispaurs ». Les médias tchadiens ont indiqué ces derniers temps que plus de 40 membres des forces de défense et de sécurité seraient portés disparus depuis le 9 avril, jour de leur vote à l’élection présidentielle.

Amnesty International et la Ligue tchadienne des droits de l’homme (LTDH) ont annoncé être en mesure de confirmer plus de vingt cas de disparitions présumées.

Le 20 avril dernier, Idriss Déby a assuré l’ambassadrice américaine auprès des Nations Unies, Samantha Power, que les militaires n’avaient pas disparus, mais ont été déployés en mission commandée.

Pendant ce temps, l’Union nationale pour le développement et le renouveau (UNDR) de Saleh Kebzabo, dénonce des règlements de compte à l’encontre des sympathisants de l’opposition. 

Selon les résultats publiés par la CENI, Idriss Déby Itno l’emporte au premier tour avec 61,56% de voix. Saleh Kebzabo est arrivé 2e avec 12,80% de suffrages devant Laoukein Kourayo Mbaiherem (10,69%) et l’ancien premier ministre Joseph Djimrangar Dadnadji (5%).

© OEIL D’AFRIQUE

[GARD align= »center »]


Tags assigned to this article:
Idriss DébyTchad

[fbcomments]

Related Articles

Le Tchad interdit la burqa pour des raisons de sécurité après un double attentat-suicide

Le Tchad a interdit le port de la burqa, voile intégral cachant le visage, pour des raisons de sécurité après

Tchad: remaniement du gouvernement axé sur la sécurité publique

Le Premier ministre tchadien, Kalzeube Pahimi Deubet, a procédé à un remaniement ministériel marqué par le retour d’un conseiller du

Tchad: l’armée tue 117 terroristes de Boko Haram

L’armée tchadienne a affirmé, jeudi dans un communiqué de presse, avoir tué 117 éléments de la secte terroriste de Boko

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*