Tchad: Les autorités pénalisent l’homosexualité dans le Code pénal, la FIDH condamne

Tchad: Les autorités pénalisent l’homosexualité dans le Code pénal, la FIDH condamne

 [GARD align= »center »]

Idriss Deby Itno, le président du Tchad

Idriss Deby Itno, le président du Tchad

Le gouvernement tchadien vient d’adopter au Conseil des ministres, un nouveau code pénal qui contient deux principaux changements notamment la suppression de la peine de mort et la pénalisation de l’homosexualité.

Dans le nouveau Code pénal, l’article 361 bis précise que les peines encourues sont une amende de 50 à 500 000 francs CFA, voire 15 à 20 ans de prison. Dans l’ancien code pénal du Tchad, la disposition n’était pas assez explicite. Le gouvernement tchadien explique que la pénalisation de l’homosexualité vise à protéger la famille et se conformer à la société tchadienne. Le code devra être promulgué dans les jours à venir avant de rentrer en vigueur mais déjà, des voix se lèvent pour condamner son adoption. En effet, le directeur Afrique de la Fédération internationale des droits de l’homme (FIDH), Florent Geel  a condamné mardi au micro de RFI l’article 361 bis du nouveau Code Pénal du Tchad qui pénalise l’homosexualité.

Florent Geel a expliqué que les associations de défense des droits de l’homme travaillaient depuis des années à la réforme du code pénal tchadien mais les derniers éléments de rédaction se sont faits dans le secret et elles n’étaient donc pas au courant de cet article. Ainsi, pense-t-il que la pénalisation de l’homosexualité est une régression et que c’est un mauvais signal donné alors que la question de l’homosexualité est une question qui aujourd’hui progresse sur le continent africain et qui fait débat.

« L’Ouganda a cherché à pénaliser cette pratique ; le Nigeria aussi et certains pays s’interrogent mais condamner à des peines aussi lourdes, c’est se réfugier derrière le caractère conservateur de la société tchadienne ; c’est faire fi d’une situation qui, jusqu’à présent, était une forme d’équilibre, ni complètement interdite ni complètement soutenue », a estimé Florent Geel.

Pour le défenseur de droits de l’homme, l’homosexualité était «une sorte de tolérance au Tchad et aurait pu le rester et qu’il n’y avait aucune pression politique pour pénaliser cette pratique. C’est ainsi qu’il dénonce une démarche électoraliste dans cette pénalisation qui était loin d’être réclamée au Tchad. Florent Geel appelle donc les organisations de défense des droits de l’Homme à agir pour faire changer le texte. Pour lui, il s’agit de faire en sorte que ce code pénal ne soit pas promulgué en l’état, avec cette disposition.

De l’autre côté, la FIDH salue la suppression de la peine de mort.

© OEIL D’AFRIQUE


Tags assigned to this article:
homosexualitéTchad

[GARD align="center"]

Related Articles

RDC: plus de 150 rebelles hutu rwandais se rendent avant la fin d’un ultimatum

 [GARD align= »center »] Cent-cinquante cinq rebelles hutu rwandais se sont rendus aux autorités dimanche dans l’est de la République démocratique du

RDC : Vive tension dans la Ville de Kasumbalesa

  Ambiance peu ordinaire ce vendredi à Kasumbalesa. Cette ville post frontalière entre la RDC et la Zambie située à

Des sanctions contre les enseignants grévistes au Gabon

[GARD align= »center »] Les autorités du Gabon, où l’enseignement public primaire et secondaire tourne au ralenti depuis des mois, a annoncé

13c ommentaires

Espace commentaire
  1. tsintakeu zin
    tsintakeu zin 17 septembre, 2014, 11:04

    MERCI LE TCHAD

    Répondre à ce commentaire
  2. kabore
    kabore 17 septembre, 2014, 12:10

    merci au Tchad de vouloir vivre africain et non suivre les occidentaux comme des moutons.

    Répondre à ce commentaire
  3. Grandoum Doumbia
    Grandoum Doumbia 17 septembre, 2014, 16:55

    je sais que etre gay est contre la volonte de Dieu.Mais nous ne pouvons empecher la liberte de choix qui ne tue personne peut etre la personne elle meme.attendons le jugement de Dieu par rapport a ce comportement.

    Répondre à ce commentaire
  4. Noussouradine
    Noussouradine 17 septembre, 2014, 19:02

    C’est une décision très importante pour toute la nation tchadienne que le gouvernement vient de prendre.Il n’est pas question qu’un pays comme le Tchad admette « l’homosexualité » car cette pratique malsaine va à l’encontre de nos religions, coutumes et mœurs. Pour tous ceux qui veulent ou défendent la cause des Homosexuels n’ont pas leur place en Afrique moins encore le Tchad, mais qu’ils aient en Occident.Là bas, il n’y a personne pour les réprimés et d’ailleurs ils sont les bienvenus. Merci au Gouvernement tchadiens et de tous les pays qui condamnent L’homosexualité

    Répondre à ce commentaire
  5. Abay
    Abay 17 septembre, 2014, 19:51

    Merci à mon cher pays qui vient encore une fois de plus adopté une loi qui s’anctionne et pénalise l’homosexualité, notre réalité ne nous permet pas d’adopter une loi sauvage qui n’est pas accepté par notre créateur nos patriarches qui n’avaient pas penser une seconde a ce acte barbare, qui est radicalement opposer à notre coutume et mœurs. Il ya aussi une chose que les africains doivent comprendre ce que on n’accepte pas à n’importe qui de venir nous imposer ses lois et doctrine banale que sa soit au USA ou la France ou quiconque que sa soit. Vive le TCHAD vive l’AFRIQUE

    Répondre à ce commentaire
  6. Hamza
    Hamza 18 septembre, 2014, 10:01

    Que Florent Geel aille se faire foutre, on en a rien à sirer de son opinion. La société Tchadienne n’a jamais tolérer cette pratique sauvage et inhumaine et ne le toléra jamais. Ici c ‘est le TCHAD

    Répondre à ce commentaire
  7. bain adubangon
    bain adubangon 18 septembre, 2014, 17:02

    monsieur florent geel,les africains ne sont pas vos moutons pour tout accepter.le createur n’est pas votre papier hygienique pour le corriger;imiter mais corriger svp

    Répondre à ce commentaire
  8. forlamy ma michilda
    forlamy ma michilda 19 septembre, 2014, 01:37

    pourquoi ce double face ? beaucoup d’entre vous qui ont commenté sur ce sujet disent le contraire de leurs actions. en public vous été contre l’omosexelite. ( hahahaha) mais derrière les murs nous sommes tous des GAYS. si vous n’avez pas le courage de dénoncer votre omosexelite mieux pour vous le silence. pourquoi tout ce bavardage ? être gay ce un choix de vie. nul n’a le droit de contrôle la vie des autres. 86%de africains sont Gay & lesbiennes. ont ne peu pas ignore la réalité. ajabbbbbbbb

    Répondre à ce commentaire
  9. MODIPIMA guylain
    MODIPIMA guylain 19 septembre, 2014, 10:55

    L’afrique a sa culture qui est une valeur que nous africains devons sauvegarder. On ne doit pas nous imposer de salles histoires. Pourquoi l’occident ne peut pas voter des lois promulgant la polygamie chez eux..laissons à l’occident sa culture d’homosexualité. Bravo au Tchad.

    Répondre à ce commentaire
  10. Mahamat Nour Goudja
    Mahamat Nour Goudja 19 septembre, 2014, 17:39

    bsr,toi forlamy tu es premierement une femme ou un homme?quant tu soutient florent geel,ou droit de l homme,ce pas de cette maniere?depuis que le Tchad a eu son independance,il est reconnus par sa Bravourd,et par ses tolerences envers les autres;quelle est cette histoire d,homo-sexualite que tu donne importance;quel droit de l homme donc vous inspirer,alors si le Tchad aujord,hui se montre que un pays de pays et d AMOUR,SE GRACE A SES POPULATIONS QUI CROIENT EN DIEU;nous a na assez marre de cette civilisation occidentaux qui est Satanique,et ceux qui les soutiens sont des sauvages?

    Répondre à ce commentaire
  11. ali
    ali 28 septembre, 2014, 04:53

    D’ailleur ce nom geel florent n’est me meme nom tchadien pourkoi devons nous considere son article dans sur cette site et kel droit a t’il pour se mele de nos faire

    Répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*