Tchad : Sommé de payer 300 milliards d’impôts, Exxon Mobil demande un règlement à l’amiable

Tchad : Sommé de payer 300 milliards d’impôts, Exxon Mobil demande un règlement à l’amiable

[GARD align= »center »]

Exxon MobilTout comme ce qui se passe au Gabon entre les autorités du pays et la filiale du Groupe français Total, le torchon brûle entre le Tchad et Exxon Mobile. Les autorités tchadiennes réclament au consortium pétrolier américain ExxonMobil plusieurs centaine de milliards d’impôts.

En effet,  Exxon Mobil exploite le pétrole dans le bassin de Doba au Tchad. Cette affaire est actuellement pendante devant les tribunaux. A l’origine du bras de fer entre le Tchad et Exxon Mobil, la redevance statistique estimée à 2 % de la valeur à l’exportation. Le consortium américain a signé, il y a quelques années, une convention fixant ladite redevance à 0,2 % avec le ministère du Pétrole. Cette convention devrait rentrer en vigueur après son adoption par l’Assemblée nationale Tchadienne et être signée ensuite par le président tchadien. Mais cela n’a pas été fait.

Pendant ce temps, le consortium pétrolier a continué à verser la redevance statistique en-deçà du taux de 2%. S’étant aperçus du manque à gagner, les services du ministère des Finances lui ont adressé un redressement fiscal de plus de 300 milliards de francs Cfa. Le consortium conteste. Après des discussions qui n’ont rien produit, le Tchad a décidé de porter plainte le 3 mars dernier. Les deux parties sont convoquées au tribunal le 17 mars prochain.

Mais le problème pourrait être réglé à l’amiable. En effet, le consortium américain a sollicité un règlement à l’amiable et le gouvernement tchadien a accepté lundi cette demande. Il s’agit prochainement de mettre en place les équipes chargées de trouver le moyen de régler le problème. A la fin de cette procédure, le Tchad ne pourra pas avoir tous les 300 milliards de redevance statistique qu’il réclame.

Et au même moment, on annonce des mouvements de grèves sur le site pétrolier de Bongor. L’appel à la grève lancé le 10 mars a été suivi et les 1 600 ouvriers et ingénieurs ont cessé le travail. Ceux-ci exigent des augmentations de salaires entre autres revendications listé en 20 points.

[GARD align= »center »]

Depuis, pas de compromis entre les grévistes et les exploitants chinois. D’ailleurs, les grévistes accusent la Compagnie Chinoise de refuser de dialoguer. Le gouvernement tchadien est également accusé d’être de connivence avec les Chinois et de ne pas penser à défendre ses citoyens.

Didier Assogba
Oeildafrique.com

 

Didier Assogba

Didier Assogba

Journaliste à Oeil d'Afrique. Basé à Lomé, Togo


Tags assigned to this article:
Exxon MobileTchad

Related Articles

La RDC peut se passer temporairement de l’aide du FMI

[GARD align= »center »] La République démocratique du Congo peut passer un peu de temps sans l’assistance du Fonds monétaire international, a

Succession d’Abdou Diouf à l’OIF: jour de vérité à Dakar

 [GARD align= »center »] «Ce sommet n’est pas un sommet comme les autres», à lancé samedi 29 novembre 2014 à Dakar, Abdou

Zambie : Michael Sata tire à boulets rouges sur l’Europe par rapport aux guerres en Afrique

[GARD align= »center »] Michael Sata, le président zambien est sans langue de bois. Il accusé vendredi les pays européens d’être derrière

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*