Tchad : Une soixantaine de camerounais, nigérians, malien et tchadiens arrêtés

Tchad : Une soixantaine de camerounais, nigérians, malien et tchadiens arrêtés
Une soixantaine de ressortissants du Cameroun, du Nigéria, du Mali et du Tchad ont été interpellés |Ph Mohamadou

Une soixantaine de ressortissants du Cameroun, du Nigéria, du Mali et du Tchad ont été interpellés |Ph Mohamadou

Une soixantaine de ressortissants du Cameroun, du Nigéria, du Mali et du Tchad ont été interpellés  et plusieurs matériels de communication saisis dans le cadre de l’enquête sur le double attentat-suicide survenu à N’Djamena il y a deux semaines faisant 38 morts.

C’est ce qu’a indiqué dimanche le procureur de la République de N’Djaména, Alghassim Khamis. « Certaines interpellations ont été réalisées grâce au concours actif de la population qui a dénoncé à la police tout comportement suspect, et à la coopération judiciaire entre le Niger et le Tchad d’une part, et entre le Cameroun et le Tchad d’autre part », a expliqué M. Khamis.

L’enquête a également permis d’identifier une cellule active d’un réseau terroriste qui a été démantelée.

Le procureur de la République indique que l’un des kamikazes est déjà clairement identifié. Il n’est autre que Issa Oumar alias Issa Tchouloum. « Les recherches sont en cours pour appréhender les principaux responsables du réseau terroriste clairement et nommément identifiés », a ajouté M. Khamis.

Le 15 juin dernier, un kamikaze a fait exploser sa charge devant la Direction de la sécurité publique, en face du Commissariat central de N’Djaména. Dix minutes après, deux autres attaques de nature terroriste ont eu lieu à l’Ecole nationale de police où des élèves policiers étaient rassemblés. Le bilan actualisé fait état de 38 morts dont les trois kamikazes ainsi qu’une centaine de blessés.

Le procureur tchadien a annoncé que ces arrestations ont été possibles grâce à l’appui technique des enquêteurs américains du FBI. Les enquêtes révèlent que les fragments collectés sur la scène des attentats sont identiques et que la conception des engins mortels est aussi la même.

Le FBI procède actuellement aux analyses et au traitement dans un laboratoire spécialisé et le résultat est attendu.

Pour les autorités tchadiennes, il ne fait l’ombre d’aucun doute que le double attentat-suicide est une œuvre de la secte islamiste nigériane Boko Haram.

L’attentat à N’Djaména intervient cinq mois après le début des opérations de l’armée tchadienne contre Boko Haram aux côtés des troupes issues des pays du bassin du Lac Tchad.

© OEIL D’AFRIQUE

 


Tags assigned to this article:
CamerounmalinigeriapoliceTchad

[wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4] [fbcomments]

Related Articles

Congo: environ 10% des enfants de 3 à 17 ans ne fréquentent pas l’école

Environ 10% des enfants âgés de 3 à 17 ans ne fréquentent pas l’école au Congo, en dépit de l’effort

Congo: le général Jean Marie Michel Mokoko appelle au dialogue

[GARD align= »center »] Le général Jean Marie Michel Mokoko est toujours privé de ses mouvements, encerclé par les forces de l’ordre,

Cameroun : L’ambassadeur de Côte d’Ivoire porte plainte pour diffamation des autorités de son pays

[GARD align= »center »] Vendredi, le Conseil national de la communication (Cnc) du Cameroun a écouté le directeur de publication du journal

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*