Togo : désigné chef de file de l’opposition, Jean Pierre Fabre pose ses conditions

[GARD align= »center »]

Le leader de l’Alliance nationale pour le changement (ANC), Jean-Pierre Fabre.| Archives

Le leader de l’Alliance nationale pour le changement (ANC), Jean-Pierre Fabre.| Archives

Le gouvernement togolais a pris lundi en Conseil des ministres le décret relatif aux modalités d’application de la loi n°2013-015 du 13 juin 2013 portant statut de l’opposition. Du coup, ce sont les droits et devoirs du  chef de file de l’opposition qui sont concernés. Le texte était attendu depuis près de trois ans. Jean-Pierre Fabre, le président du parti le plus représenté à l’Assemblée nationale l’a toujours réclamé.

Selon les termes du décret, le chef de file de l’opposition aura des avantages et privilèges pour la durée de la législature. Ainsi conformément au protocole d’Etat, il est le président de l’opposition et dispose des avantages pécuniaires et matériels. Il a également rang de président d’une institution de la République.

Mais il n’y aura pas que des avantages et des privilèges. Le chef de file de l’opposition aura à remplir des devoirs dus à son titre.  

«Au titre de ses obligations, le chef de file de l’opposition doit veiller entre autres à préserver l’intérêt supérieur de la nation dans le cadre de ses activités et de celles de l’opposition en général à se conformer aux devoirs citoyens et républicains et participer aux manifestations publiques officielles auxquelles il est invité», lit-on dans la note du gouvernement.

Cette dernière partie fait réagir le parti de Jean-Pierre Fabre, le candidat malheureux à l’élection présidentielle d’avril 2015, qui s’est toujours réclamé CFOP et a plusieurs fois milité pour la prise de ce décret d’application.

Eric Dupuy, le secrétaire national à la Communication de l’Alliance nationale pour le changement (ANC) a salué la prise du décret mais indique que Jean-Pierre Fabre ne respectera ses obligations que lorsque le chef de l’Etat aura engagé le processus de réalisation des réformes politiques, d’organisation des élections locales…

«Quand on dit que le chef de file de l’opposition a des obligations, il faudrait aussi que les dirigeants de ce pays notamment le chef de l’Etat respecte les engagements qui sont les siens. J’allais dire l’article 74 de la Constitution qui l’oblige à aller au moins une fois par an devant l’Assemblée nationale pour faire l’état de la Nation », déclare M. Dupuy.

Pour l’ANC, Jean-Pierre Fabre se rendra à une manifestation officielle que lorsque l’inculpation qui pèse sur lui dans l’affaire des incendies des marchés est levée.

© OEIL D’AFRIQUE

[GARD align= »center »]


Tags assigned to this article:
Jean Pierre FabreoppositionTogo

[fbcomments]

Related Articles

Elections municipales au Mali: fin de campagne sur fond de critiques

[GARD align= »center »] La campagne pour les élections municipales de dimanche au Mali s’achevait vendredi dans l’acrimonie des critiques de l’opposition,

Bénin: Inquiétude sur le trafic sexuel des enfants

Le trafic d’enfant ou plutôt la vente d’enfants est l’un des problèmes de l’heure auxquelles restent confrontées l’Afrique de l’Ouest

Deux militaires français soupçonnés de pédophilie au Burkina Faso suspendus

Deux soldats français soupçonnés de s’être livrés lundi à des actes à connotation sexuelle sur deux enfants au Burkina Faso

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*