Togo : Le dialogue politique a échoué ; le facilitateur transmet le rapport au Premier Ministre

Togo : Le dialogue politique a échoué ; le facilitateur transmet le rapport au Premier Ministre

[GARD align= »center »]

Monseigneur Nicodème Barrigah

Monseigneur Nicodème Barrigah

Entamé le 19 mai dernier, le dialogue politique inter togolais qui a pris fin mardi n’a abouti à rien. Les participants à ce dialogue n’ont pas pu s’accorder sur le moindre point, même pas sur l’adoption d’un rapport final. Ce rapport qui a été transmis au Premier Ministre togolais mercredi a été adopté en l’absence des principaux partis de l’opposition qui dénonce l’échec des discussions.

En effet, avant la fin officielle des travaux des discussions, les délégués des partis d’opposition représentés à l’Assemblée nationale, notamment l’Alliance nationale pour le changement (ANC), l’Alliance des démocrates pour un développement intégral (ADDI) et la Coalition Arc-en-ciel avaient claqué la porte pour protester contre le manque de compromis.

L’issue des discussions a été un regret pour le facilitateur, Monseigneur Nicodème Barrigah qui aurait bien voulu arriver à d’autres résultats pour le bien du peuple togolais.

« Nous venons de terminer ce soir les travaux du dialogue entre partis politiques parlementaires avec l’adoption du rapport final. Conformément à la mission qui nous a été confiée, nous allons remettre le rapport au Premier ministre pour les suites à donner à ce document », a déclaré Monseigneur Nicodème Barrigah.

[GARD align= »center »]

Mercredi, l’ANC, le parti de Jean Pierre Fabre a dénoncé le radicalisme du parti au pouvoir qui a conduit à l’échec des discussions. « Malgré les efforts soutenus déployés jusqu’au dernier jour par le Facilitateur, le pouvoir en place est demeuré inflexible sur les points essentiels. La limitation du mandat présidentiel et le mode de scrutin à deux tours » indique le parti de Jean Pierre Fabre.

Du côté de la Coalition Arc-en-ciel, Me Dodji Apevnon a indiqué que l’échec du dialogue est évident pour le fait qu’il n y ait eu aucun accord sur les sujets inscrits au chronogramme. Mgr Barrigah expliqué que le dialogue était une étape mais qui n’a pas permis d’arriver à toutes les conclusions auxquelles les uns et les autres s’attendaient. Il a relativisé en excluant la thèse d’un échec de ce dialogue qui serait, selon lui, excessif.

Barrigah a expliqué que les opposants n’ont pas voulu signer le rapport « un peu comme une protestation par rapport au fait qu’on ne soit pas parvenu à un accord sur des points aussi importants ».

Mais qu’à cela ne tienne, les représentants du parti au pouvoir Union pour la république (UNIR), de l’union des forces de changement ainsi que du gouvernement ont adopté le rapport mais ne se sont pas prononcés sur les conclusions des discussions.

[GARD align= »center »]

Le rapport final du dialogue a été adressé au gouvernement mercredi par Mgr Barrigah. Le document transmis à Arthème Ahoomey-Zunu fait le bilan des travaux et précise les points sur lesquels il y a eu ou non consensus entre les deux parties. Après réflexion, le gouvernement transmettra le dossier à l’Assemblée nationale.

Didier Assogba
Oeildafrique.com

 

Didier Assogba

Didier Assogba

Journaliste à Oeil d'Afrique. Basé à Lomé, Togo


Tags assigned to this article:
dialoguepolitiqueTogo

Related Articles

Le président gambien Yahya Jammeh fait arrêter la directrice de la presse et des relations publiques

Les journalistes gambiens sont outrés par le maintien en détention de leur collègue Fatou Camara, ancienne  directrice de la presse

Le Sénégal va lutter contre la coupe abusive de bois en Casamance

[GARD align= »center »] Le gouvernement sénégalais va prendre des « mesures fortes » contre la coupe abusive de bois en Casamance, dans le

Burkina: la médiation internationale pour une transition civile, menace de sanctions

[GARD align= »center »] La médiation internationale au Burkina Faso, un pays en crise après la chute du président Blaise Compaoré, a

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*