Togo: Jean-Pierre Fabre réclame à Faure Gnassingbé des réformes et des élections locales

[GARD align= »center »]

Le leader de l’Alliance nationale pour le changement (ANC), Jean-Pierre Fabre.| Archives

Le leader de l’Alliance nationale pour le changement (ANC), Jean-Pierre Fabre.| Archives

Le Président national de l’Alliance nationale pour le changement (ANC), Jean Pierre Fabre n’a pas oublié les réformes politiques. Dans un courrier adressé  à Faure Gnassingbé, Président de la République togolaise, il demander  l’application de  l’Accord politique globale (APG).

Dans sa note datant du 13 janvier 2016, le chef de file de l’opposition demande au Président national d’Union pour la République (parti au pouvoir) de mettre en œuvre  l’Accord Politique Global (APG).

Signé le 26 août 2006 par les différentes classes politiques du Togo, l’APG prescrit les réformes politiques et électorales. Seulement voilà, dix ans après que cet accord a été signé, aucune ligne n’a bougé. Des élections locales n’ont jamais été  tenues encore moins des réformes constitutionnelles et institutionnelles n’ont jamais été opérées.

C’est donc à en croire Jean Pierre Fabre, un statuquo qui est train de corser la situation des Togolais. L’homme politique affirme que  le refus de mettre en œuvre les réformes politiques et électorales constitue la cause majeure du manque d’équité et de transparence des élections, notamment la présidentielle d’avril 2015 dont les populations et CAP 2015 ne reconnaissent pas les résultats.

Devant cette situation, le Président national de l’ANC demande à son adversaire immédiat de revoir sa copie pour  le bien vivre de tous les Togolais.

«En ma qualité de chef de file de l’opposition, je voudrais par la présente, dans l’intérêt de la paix sociale et au moment où l’incertitude du lendemain , avec ses multiples conséquences sociales, accentue les précarités des ménages, appeler encore une fois et solennellement votre attention sur la nécessité de régler diligemment les nombreuses et importantes questions politiques et sociales, parmi lesquelles : les réformes constitutionnelles, institutionnelles et électorales prescrites par l’APG, l’organisation des élections locales, la libération des militants et des dirigeants des partis de l’opposition abusivement détenus, la levée des inculpations arbitraires, le libre retour des personnes contraintes à l’exil suite aux incendies des marchés de Kara et de Lomé en janvier 2013, la libération des autres prisonniers politiques dont la Cour de Justice de la CEDEAO et la Commission des Droits de l’Homme des Nations Unies exigent l’élargissement », a écrit Jean Pierre Fabre.

Jean Pierre Fabre, candidat malheureux de l’élection présidentielle d’avril dernier au Togo essuie beaucoup de critiques. Avec cette lettre, il vient peut-être de clouer le bec à certains de ces détracteurs qui pensent qu’il ne veut plus les réformes pour la simple raison qu’il avait signé un accord avec Faure Gnassingbé, lui permettant de collaborer avec UNIR dans les coulisses.

© OEIL D’AFRIQUE

[GARD align= »center »]



[fbcomments]

Related Articles

Côte d’Ivoire: Le FPI et ses alliés boycottent l’élection du président de la CEI

Ce vendredi, les membres de la nouvelle Commission Electorale Indépendante (CEI) devraient élire le président de cette institution pour le

Mauritanie: le président Ould Abdel Aziz annonce un référendum constitutionnel

[GARD align= »center »] Le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz a indiqué, mercredi lors d’une conférence de presse, qu’il a décidé

Côte d’Ivoire: satisfaits, les mutins retournent en caserne

[GARD align= »center »] Les soldats mutins qui ont semé le trouble en Côte d’Ivoire pendant quatre jours ont accepté mardi l’accord

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*