Togo : la manifestation de CAP 2015 dispersée, l’opposition promet de remettre ça

Togo : la manifestation de CAP 2015 dispersée, l’opposition promet de remettre ça

 [GARD align= »center »]

Togo : la manifestation de CAP 2015 dispersée, l’opposition promet de remettre ça

Togo : la manifestation de CAP 2015 dispersée, l’opposition promet de remettre ça

L’opposition togolaise réunie au sein du Combat pour l’alternance politique en 2015 a fait une démonstration de force dans les rues de Lomé. Des milliers de manifestants avaient pris d’assaut les rues de la capitale en direction du Palais des Congrès, avant que la police ne disperse les manifestants.

Les forces de sécurité togolaises ont, vendredi, fait usage de gaz lacrymogènes pour disperser des manifestants de l’opposition. Au début, tout allait bien et la déferlante avançait pacifiquement. Elle a pu traverser plusieurs points sensibles de la ville sans heurts.  Ensuite le désordre s’est installé. Les manifestants qui n’entendaient pas prendre un autre itinéraire tracé par le gouvernement ont été tout simplement chargés à coup de gaz lacrymogène. Une situation qui a donné lieu à des courses poursuites lorsque des jeunes ont riposté  avec des jets de pierre.

Plusieurs jeunes ont alors brûlé des pneus et dressé des barricades sur certaines voies notamment dans le quartier de Bè, un fief de l’opposition dans la capitale. Mais en début de  soirée, le calme est revenu.

Peu avant la répression de la manifestation, Jean Pierre Fabre, le chef de file de l’opposition et président de l’Alliance nationale pour le changement (ANC) avait expliqué que la marche constituait une pression sur le gouvernement en vue de faire les réformes politiques avant l’élection présidentielle de 2015.

Même son de cloche du côté de Gerry Taama, le Président du Nouvel Engagement Togolais (NET) membre du CAP 2015 qui a expliqué que la manifestation valait la peine et constituait une pression supplémentaire pour le pouvoir en plus du dépôt à l’Assemblée nationale d’une proposition de loi par 25 députés de l’opposition.

Pour sa part, le professeur Komi Wolou du Pacte Socialiste pour le Renouveau (PSR) a dénoncé les raisons avancées par UNIR pour justifier son «refus» d’opérer les réformes. «Dans la sous-région, le Togo est le seul pays où le nombre de mandat n’est pas limité. La constitution adoptée en 1992 prévoyait la limitation de mandat à deux. Le régime l’a modifié en 2002 et aujourd’hui nous exigeons cela soit ramené », a déclaré Komi Wollou.

Pour l’état-major du CAP 2015, si les choses ne changent pas d’ici peu, une autre manifestation devrait avoir lieu pour entretenir le rapport de force avec le pouvoir et l’amener à céder afin que les réformes aient lieu pour que le mandat présidentiel soit limité et que le mode de scrutin à deux tours soit rétabli.

Samedi, Jean Pierre Fabre sera reçu à la présidence de la République par le chef de l’Etat togolais Faure Gnassingbé pour discuter des préparatifs de l’élection présidentielle et de la question des réformes.

Didier Assogba
© OEIL D’AFRIQUE


Tags assigned to this article:
CAP 2015Togo

[wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4]

Related Articles

Togo : les quatre grandes raisons qui expliquent la victoire prévisible de Faure Gnassingbé

[GARD align= »center »] Ça y est. Au Togo, les jeux sont faits depuis mardi avec la proclamation des résultats provisoires de

Burkina-Faso: le Cadre de concertation des partis politiques apporte son soutien à la transition

Le Cadre de Concertation des partis politiques (CCPP) réunissant les anciens partis de l’opposition du Burkina-Faso a indiqué mercredi qu’il

Sénégal: l’opposition jubile avec un «Non» à 45 % au référendum

[GARD align= »center »] Au Sénégal, les résultats du référendum du 20 mars ne sont pas encore officiellement sortis. Mais chaque camp

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*