Togo : Pascal Bodjona va poursuivre l’Etat togolais devant les tribunaux internationaux

Togo : Pascal Bodjona va poursuivre l’Etat togolais devant les tribunaux internationaux

[GARD align= »center »]

Pascal Bodjona, ex-ministre togolais de l’Administration territoriale

Pascal Bodjona, ex-ministre togolais de l’Administration territoriale | Oeildafrique.com

Ancien ambassadeur du Togo à Washington, ancien Directeur de Cabinet de la Présidence de la République et ancien Ministre togolais de l’administration territoriale, de la décentralisation et des collectivités locales, Pascal Bodjona va devoir avoir sa propre hutte ou se cacher sous le toit de quelqu’un.

L’ancien baron du régime RPT, devenu UNIR a annoncé à Lomé lundi son retour dans le débat politique national. Le natif de Kouméa (dans la région de la Kara) ne compte pas se résigner suite aux persécutions qu’il a subies dans la rocambolesque affaire d’escroquerie internationale dans laquelle il a été inculpé et garder illégalement en détention.

Sur l’affaire d’escroquerie dans laquelle il a été impliqué, alors que dans un premier temps, la justice ne le reconnaît qu’en tant que témoin, le Collectif d’avocats qui le défend a tenu une conférence de presse au cours de laquelle ses avocats ont dénoncé des «aberrations procédurales » qui font état d’une violation fragrante des droits de Pascal Bodjona.

[GARD align= »center »]

Ainsi, il s’engage au prime abord à saisir la Haute Cour de justice de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest pour porter plainte contre l’Etat togolais.

« A partir de ce lundi 23 juin 2014 même , je demande à mes avocats de faire diligence devant la Haute cour de justice de la communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest pour lui faire part de comment mes droits sont bafoués dans cette affaire » a clamé la victime. Et s’il est arrivé à estimer cet ordre à ses avocats c’est peut-être parce qu’il ne semble plus reconnaître le système judiciaire togolais qui dans deux ou trois ans ne saurait passer de ses services.

« Je ne suis pas face un procès judiciaire. J’étais conscient que nous avons les possibilités internes et externes mais les vertus de sagesse, de modération, de responsabilités que j’ai eu à assumées dans l’appareil de l’Etat m’avaient amené à garder le calme mais pas le mutisme, ni la résignation. J’ai cru à un moment donné que la raison s’emparerait de mes accusateurs mais je me suis trompé », a-t-il expliqué.

[GARD align= »center »]

Aussi dans le viseur de l’ex ministre de l’administration territoriale, les magistrats qui ont contribué à sa séquestration et porté atteinte ainsi à sa liberté et ce, en déduction de l’arrêt du 06 décembre 2013.

Ces magistrats que les juges qualifient de véreux seront eux aussi assigné à la justice pour n’avoir pas dit le droit et participé à l’interpellation de l’ex ministre manu militaire en son domicile alors qu’il venait à peine de perdre son portefeuille ministériel.

A cette conférence de presse, même les questions qui fâchent ont trouvé de réponses. A la question par exemple de savoir si le ministre regrette d’avoir contribué à mettre en place un régime qui s’acharne contre lui, Pascal répond :

[GARD align= »center »]

« Je n’ai pas de regret envers le peuple. Je reconnais quand même avoir posé des actes qui ont fait retarder certaines choses, mais cela ne voudrait pas dire que j’ai été mauvais sur tous les coups. Je fais donc un mea-culpa à l’endroit de tous les togolais que mes faits actes auraient touchés négativement » a-t-il souligné avant d’ajouter qu’il est loin de quitter la scène politique.

« Je n’ai que 48 ans, je suis encore débordé d’énergie pour continuer le combat politique », a-t-il poursuivi. Une déclaration qui ne surprend personne mais laisse à se demander sous quelle forme va se traduire son militantisme dans l’opposition. La piste la plus plausible est la création de son propre parti politique et d’agir avec les autres regroupements politiques.
Pour qui connaît Pascal Bodjona et ses ambitions, il sera impossible de le voir prendre la carte d’un autre parti politique et ne pas jouer les premiers rôles.

[wp_ad_camp_4]

Didier Assogba
Lome – Oeildafrique.com

Didier Assogba

Didier Assogba

Journaliste à Oeil d'Afrique. Basé à Lomé, Togo


Tags assigned to this article:
Pascal BodjonaTogo

Related Articles

Sénégal: l’ex-Président Wade charge et menace à nouveau le pouvoir

Soixante douze heure après sa parade spectaculaire à la Place de l’Obélisque, l’ex-Président sénégalais, Abdoulaye Wade revient encore à la

Côte d’Ivoire: le pouvoir confronté au malaise des étudiants

Moins d’un an après la réouverture en grande pompe des universités, le gouvernement ivoirien est confronté au malaise des étudiants,

Ingérence dans la présidentielle gabonaise : Ouattara est « détaché » de l’acte de Mamadi Diané (gouvernement ivoirien)

[GARD align= »center »] Le porte-parole du gouvernement ivoirien, Bruno Koné, a déclaré mercredi que le président Alassane Ouattara était « détaché » de

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*