Togo : pouvoir et opposition se déchirent sur l’arrestation d’Antoine Randolph

[GARD align= »center »]

Antoine Randolph

Antoine Randolph

L’arrestation le 20 février dernier à la frontière entre le Togo et le Bénin par les services de renseignement togolais d’Antoine Randolph, un citoyen français d’origine togolais et cadre du parti politique le Rassemblement national pour la démocratie et le panafricanisme (RNDP), aujourd’hui inactif, continue de diviser le pouvoir togolais et certains responsables de l’opposition. Jean-Pierre Fabre, chef de file de l’opposition a demandé dans un courrier adressé au ministre de la sécurité les circonstances, les motifs de l’arrestation ainsi que le lieu de détention du militant de l’opposition.

«Je vous prie de bien vouloir clarifier cette situation et me faire savoir les circonstances ainsi que les raisons de cette arrestation. Vous voudrez également me préciser par la même occasion le lieu de détention de M. Randolph Antoine», a écrit Jean-Pierre Fabre dans un courrier adressé au ministre de la sécurité et de la protection civile, le colonel Yark Damehame en début de semaine.

Alors que M. Fabre attendait une réponse à sa correspondance, le ministre a choisi de parler aux médias pour éclairer l’opinion.

Contrairement aux premières informations qui ont fait croire que ce franco-togolais a été arrêté à la Plage de Lomé, le ministre a expliqué que c’était plutôt à la frontière de Sanvee-Condji (entre le Togo et le Bénin) que les agents de la Direction centrale du renseignement intérieur l’ont arrêté pour des besoins d’enquête.

L’autorité n’a pas souhaité abordé le fond du dossier mais s’est contenté de préciser que si M. Randolph est arrêté, c’est qu’il y a nécessité de l’interpeller et il pourra être relâché dès que les services de sécurité finiront leur enquête.

Pendant ce temps, plusieurs sources indiquent que le médecin serait cité par les services de renseignement d’un pays de la sous-région dans une affaire de recrutement de jeunes ex-rebelles.

On avance également que son arrestation a trait à son amitié avec Mathieu Cichocki, activiste polonais qui anime un blog très hostile au régime togolais. En 2010, ce médecin basé à Colmar dans l’est de la France, était très impliqué au sein de la diaspora dans les mouvements de contestation de la victoire de Faure Gnassingbé à la présidentielle de mars 2010.

Des mouvements de la diaspora ont annoncé une manifestation vendredi devant l’ambassade du Togo à Paris pour exiger sa libération.

© OEIL D’AFRIQUE

[GARD align= »center »]


Tags assigned to this article:
Antoine RandolpharrestationTogo

[fbcomments]

Related Articles

Togo: fermeture des frontières terrestres pour l’élection présidentielle

Le gouvernement togolais a annoncé avoir ordonné la fermeture des frontières terrestres du pays de vendredi soir à dimanche matin,

Nigeria: 20 morts dans des affrontements entre armée et islamistes

Vingt personnes sont mortes au cours d’une nouvelle attaque du groupe islamiste Boko Haram et de la riposte à celle-ci

Burkina Faso : Vers une décision accablante pour l’Etat dans l’affaire Zongo devant la Cour africaine de justice

[GARD align= »center »] La justice burkinabé a fait preuve de graves carences dans le traitement de l’affaire Norbert Zongo, un journaliste

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*