Togo : le ramadan fait flamber le prix des denrées de consommation

[GARD align= »center »]

La ville de Lomé

Image d’archive|DR

Le ramadan a démarré lundi au Togo. Durant ce mois sacré, les musulmans sont appelés à s’abstenir de boire, de manger, de fumer et de tout rapport sexuel, du lever au coucher du soleil. Cependant, dans les marchés, le prix de certains produits ont commencé à grimper.

Bananes, papayes, oranges, pommes, ananas…. Tous ces fruits ont vu leur prix grimper sur le marché depuis le début du ramadan. Cette période de privation rime souvent avec la cherté des fruits qui sont indispensables pour la rupture du jeûne. A chaque période de Ramadan, les prix des fruits grimpent. Une situation qui profite aux vendeuses qui réalisent des profits pendant que les consommateurs en font les frais.

Sur les marchés de la capitale, il n’est pas facile de s’offrir les fruits. Les oranges qui se vendaient à 25 F Cfa l’unité sont maintenant à 50 F. L’ananas qui se vendait à 200F l’unité est vendu entre 250 F et 300F. Pendant que les consommateurs dénoncent une situation anormale, les vendeurs de fruits au marché de Hanoukopé (marché aux fruits) se frottent les mains. Ils ne cessent déjà de tirer des profits sur les clients qui viennent déjà. «Quand les musulmans sont en carême, ils ont besoin de fruits pour rompre leur jeûne après 19h ou tôt le matin pour démarrer le jeûne. Ils sont donc obligés de venir en acheter. Ce qui nous permet aussi de faire des bénéfices», avance une vendeuse de fruits.

Les habituelles plaintes des clients depuis des années n’ont rien pu changer. Certaines vendeuses tentent tout de même de se justifier. Pour elles, la flambée des prix ne justifie pas forcément la recherche du profit. Elles indiquent que les lois du marché sont implacables et les prix sont déterminés en fonction du prix d’achat.

De même, les prix s’augmentent également en fonction de la demande qui est très forte ces derniers temps. «Nous sommes obligés aussi d’augmenter le prix à notre niveau», se justifie Manavi, revendeuse au marché aux fruits de Lomé.

En dehors des fruits, il est également difficile de trouver à des prix raisonnables les laitues pour faire la salade. Les enchères sont également montées de ce côté parce que les laitues sont également très prisées en cette période du jeûne de ramadan. Du coup, on note une saignée financière au niveau des ménages musulmans.

Devant la situation, les associations de consommateurs appellent les autorités à réguler les prix sur les marchés afin d’éviter une accentuation de la vie chère.

© OEIL D’AFRIQUE

[GARD align= »center »]


Tags assigned to this article:
Togo

[fbcomments]

Related Articles

Décès du beau-frère de Mme Gbagbo, accusé d’avoir enlevé un journaliste franco-canadien

[GARD align= »center »] Jean Paul Kouo (50 ans), un enseignant ivoirien a été interpellé le 16 septembre à son lieu de

Burkina: Paris sort du silence et réclame le retour du pouvoir aux civils

[GARD align= »center »] Très silencieuse depuis le début de la crise au Burkina Faso, la France est sortie de sa réserve

Présidentielle au Niger : Issoufou favori face au boycott de l’opposition

[GARD align= »center »] Le président sortant Mahamadou Issoufou est largement favori du second tour de la présidentielle dimanche au Niger, sur

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*