Togo: six centrales syndicales donnent une chance aux négociations sur le salaire

Togo: six centrales syndicales donnent une chance aux négociations sur le salaire
La ville de Lomé |©DR

La ville de Lomé |©DR

Le  10 février 2015, la Coordination des centrales syndicales du Togo (CCST) a déposé un préavis de grève d’avertissement de deux jours. Dans le document, les six centrales syndicales exigeaient la signature du décret d’application de la loi portant Statut général de la fonction publique et le redressement de la grille indiciaire sur les deux augmentations du SMIG.

En effet, en plus de l’intégration des 20.000 francs CFA et 30.000 francs aux salaires des fonctionnaires togolais pour l’année 2015, les organisations syndicales exigent que le gouvernement corrigent une injustice vielle de plusieurs années qui a gardé les salaires des togolais au niveau le plus bas comme le prévoit la grille salariale des années d’indépendance.

Le préavis de la Coordination des centrales et les mouvements de grève de la Synergie des Travailleurs du Togo (STT) ont obligé le gouvernement à ouvrir les négociations dans le courant de la semaine dernière.

Les discussions ont abouti le vendredi 20 février dernier à des points d’accords concernant le paiement en une seule tranche en 2015 des 909 millions représentant l’écart constaté sur les traitements des agents publics en application des accords de 2013 au titre de l’année 2014.

Il a également été décidé, l’application de la mesure relative aux 30 points d’indice dont le montant annuel s’élève à 14 milliards à partir du mois de juillet 2015. Cette mesure permettra à chaque agent de l’Etat de voir son indice augmenté de 30 points autant de fois qu’il a avancé.

D’autre part, le gouvernement s’est engagé à prendre dans les plus brefs délais le décret d’application de la loi portant statut général de la fonction publique. Ce relevé de conclusions a également consigné les points de désaccord notamment celui portant sur le redressement de la grille.

Le point de désaccord reste la question du redressement. Pour le gouvernement, le redressement ne portera que sur 140 points, l’équivalent en points d’indice de la différence entre le plus bas salaire dans la fonction publique avant la revalorisation du SMIG et 35000 F.

© OEIL D’AFRIQUE

 


Tags assigned to this article:
Togo

[wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4][wp_ad_camp_4]

Related Articles

« Tension » Ajavon-Talon: Nicéphore Soglo veut « calmer le jeu » entre les deux alliés

[GARD align= »center »] L’ancien président béninois, Nicéphore Soglo, a exprimé vendredi sa volonté de rencontrer l’homme d’affaires Sébastien Ajavon et le

Burkina Faso: le Premier ministre Zida accusé de complot contre ses anciens frères d’armes

Entre le Premier ministre Isaac Zida et le Régiment de sécurité présidentielle (RSP), le torchon brûle. Des responsables ont indiqué

Côte d'Ivoire : la liberté provisoire pour des pro-Gbagbo est un acte "fort" mais "insuffisant" pour la réconciliation

La mise en liberté provisoire lundi d'une nouvelle vague de détenus pro-Gbagbo de la crise post- électorale de 2010-2011 en

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*