Togo : vers l’adoption d’une charte maritime à l’Union africaine

[GARD align= »center »]

Robert Dussey

Le ministre togolais des Affaires étrangères, de la Coopération et de l’Intégration africaine, Robert Dussey|©DR

Le ministre togolais des Affaires étrangères, de la Coopération et de l’Intégration africaine, Robert Dussey est revenu jeudi sur l’enjeu du sommet de l’Union africaine (UA) sur la sécurité maritime et le développement qui se tiendra à Lomé du 10 au 15 octobre prochain. Le Chef de la diplomatie togolaise indique que l’enjeu essentiel du sommet sera l’adoption et la signature d’une « charte de Lomé » sur la sécurité et la sûreté maritimes.

Le professeur Robert Dussey a dévoilé jeudi le programme du prochain sommet extraordinaire de l’UA sur la sécurité et la sûreté maritime maritimes et le développement en Afrique qu’organise le Togo le 15 octobre prochain à Lomé.

Avant la rencontre des chefs d’Etat du continent, plusieurs activités sont prévues entre le 10 et le 14 octobre. Il s’agit des Side Events prévus pour se dérouler sur l’Esplanade du Palais des Congrès de Lomé. Plusieurs sujets seront débattus parmi lesquels la lutte contre la piraterie maritime et autres trafics incluant la pêche illicite; le développement de l’économie bleue et la protection des écosystèmes marins; les enjeux de la sécurité et de la sûreté maritimes, le VIH, la sécurité et les situations d’urgences humanitaire, les problématiques de gouvernance et échanges en matière judiciaire et de police, etc.

Des experts internationaux tels que Carlos Lopes, secrétaire exécutif de la commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA); Madi Hamada, secrétaire général de la Commission de l’Océan indien sont attendus à Lomé pour ces Side Events. Des personnalités politique de haut niveau telles que Lionel Zinsou, ancien Premier ministre du Bénin, Vincent Bouvier, secrétaire général de la Mer de France, débattront autour de ces problématiques sur la sécurité et la sûreté maritime et proposeront des actions concrètes dans l’intérêt du développement du continent.

Entre 25 et 30 chefs d’Etat et de gouvernement sont attendus à Lomé. Pour le Chef de la diplomatie togolaise, plus d’une dizaine ont déjà confirmé leur participation.

Le Professeur Robert Dussey a indiqué que le gouvernement togolais a pris toutes les dispositions sécuritaires nécessaires pour garantir la tenue effective du sommet.

Selon lui, l’enjeu crucial du sommet de Lomé sur la sécurité et la sûreté maritime et le développement est l’adoption de la Charte de Lomé pour lutter contre l’insécurité et autres crimes en mer.

Robert Dussey indique que le Togo a respecté toutes les procédures de validation interne à l’Union Africaine (UA) et la charte devrait logiquement passée le 15 octobre. 

En effet, le projet de Charte a été déjà validé à la réunion des experts de l’UA. En juillet, il a été validé par le Comité technique spécialisé de l’UA des ministres de la défense à Addis-Abeba. La dernière validation a été celle qui a eu lieu à Lomé le 9 septembre dernier avec les ministres de la justice.

La charte sera de nouveau présentée à la réunion des ambassadeurs, du 11 au 12 octobre pour une autre validation. Le 13 octobre, la même charte sera présentée à la réunion des ministres des affaires étrangères pour une autre validation avant d’être soumise au sommet le 15 octobre.

«Nous avons toutes les chances pour que cette charte soit adoptée. C’est un défi. Nous continuons à travailler au niveau de la diplomatie. La Charte sera adoptée Inh Allah», a conclu Robert Dussey.

© OEIL D’AFRIQUE


Tags assigned to this article:
Robert DusseyTogoUnion africaine

[fbcomments]

Related Articles

Côte d’Ivoire : Les syndicats estudiantins signent une charte de non-violence jurant sur la bible et le coran

[GARD align= »center »] Les leaders des principales organisations syndicales d’étudiants en Côte d’Ivoire, dont la Fesci et l’Ageeci, deux syndicats rivaux,

Burkina: les victimes présumées d’attouchements par des militaires français ont 3 et 5 ans

Les victimes présumées d’attouchements par deux militaires français au Burkina Faso, qui ont été suspendus, sont deux fillettes de trois

Mali: Kidal n’est pas une ville occupée selon Bamako

[wp_ad_camp_3]  Le pouvoir de Bamako a affirmé le week-end dernier à travers son ministre de la défense que la « ville

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*